Les films étaient en couleur mais la réalité était grise… : la censure dans la cinématographie roumaine sous Nicolae Ceaușescu (1965-1989)

par Alina-Georgiana Popescu

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Jean-Charles Szurek.

Soutenue le 23-06-2015

à Paris 10 en cotutelle avec Paris 10 , dans le cadre de École Doctorale de Droit et de Science Politique (Nanterre) .

Le président du jury était Jean-Marie Demaldent.

Le jury était composé de Jean-Charles Szurek, Jean-Marie Demaldent, Kristian Feigelson, Valérie Pozner, Dana Duma.

Les rapporteurs étaient Kristian Feigelson, Valérie Pozner.


  • Résumé

    Ce projet de thèse est centré sur l’étude de la censure en tant que processus socio-politique, révélateur des logiques individuelles et institutionnelles qui se conjuguent dans la réalisation d’un film. Cette recherche est axée sur la période 1965-1989, « l’époque Nicolae Ceaușescu », remarquable par la quantité de films censurés. Pour ce faire, nous avons consacré la première partie du travail à l’analyse de l’organisation de la cinématographie roumaine, considérée dans le contexte politique, social et économique d’après la 2de Guerre Mondiale et jusqu’à la chute du régime. Une attention particulière est accordée ici à l’évolution des institutions de contrôle de la culture ainsi qu’aux discours qui façonnent les normes de la création cinématographique. Pour comprendre les différentes formes que peut revêtir la censure, nous nous situons ensuite à un niveau intermédiaire d’analyse, celui des institutions. Nous avons ainsi identifié et analysé plusieurs structures, comme les studios de production, l’Association des Cinéastes, la Radio Europe Libre, la Securitate, dont les fonctions censoriales vont du guidage à la répression. Dans la dernière partie de cette analyse, nous nous penchons sur des cinéastes et des films importants de la période. Nous avons fait le choix d’analyser les trajectoires des réalisateurs les plus représentatifs de la période, par le prisme de leurs dossiers de surveillance établis par la police politique. La Securitate les surveille parce qu’ils ont en commun une vision « non-conforme » de la réalité socialiste ; ce faisant, celle-ci révèle ce qui était (in)désirable dans la réalité socialiste. Enfin, pour illustrer comment la censure affecte la matière des films, nous proposons l’analyse de quelques cas notoires de film interdits, mais aussi de films qui permettent d’exemplifier en détail différents tabous, diverses formes d’intervention ou les réactions des réalisateurs à toute sorte de pressions. Le fait de choisir la censure comme un angle d’analyse privilégié est utile pour comprendre les contraintes, les servitudes et les espaces de liberté des cinéastes, les contradictions, les dits, et les non-dits du régime.

  • Titre traduit

    The films were in color, but reality was grey… : The Censorship of Romanian Cinema during Nicolae Ceausescu’s regime (1945-1989)


  • Résumé

    This PhD project focuses on the study of censorship as a socio-political process, revealing the individual and institutional logics that conjugate in the process of filmmaking. The research analyzes the period 1965-1989, which is the "Nicolae Ceauşescu era", remarkable for the amount of censored films.In conducting my research, I dedicated the first part of the work to the analysis of the Romanian cinematography organization, considered in the political, social and economic context, from the 2nd World War until the fall of the Communist regime. Particular attention is paid here to the evolution of culture control institutions and to the discourses, especially those of the Communist Party leaders, which shape the standards of the film production. In order to understand various possible forms of censorship, I then approached an intermediate level of analysis, that of institutions. Thus, I identified and analyzed several structures such as production studios, the Filmmakers’ Association, Radio Free Europe and the political police, whose censorial functions varied from guidance to repression.In the last part of this work, I looked into filmmakers’ biographies and important films of the period. I chose to analyze the trajectories of the period’s most representative filmmakers through the lenses of their surveillance files made by the political police. The Securitate monitored them because they shared a "non-compliant" vision of the socialist reality; while doing so, the political police revealed what was acceptable or undesirable in that reality. Finally, in order to illustrate how censorship affects films, I propose the analysis of some notorious cases of banned film, but also of films that exemplify various taboos, detailed forms of intervention or reactions of the filmmakers to any kind of pressure. Choosing censorship as a main angle of analysis is useful for the comprehension of the filmmakers’ constraints, servitudes and liberties, but also the understanding of contradictions, of what is made visible or kept silently hidden by the regime.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.