Polysémie et structuration du lexique : le cas du Wolof

par Olivier Bondéelle

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Sylvain Kahane et de Maarten Mous.


  • Résumé

    Ce travail porte sur le rôle de la polysémie dans la structuration du lexique. La thèse propose de faire une évaluation qualitative de la polysémie, en la comparant aux autres relations qui structurent le lexique. Cette entreprise doit permettre de vérifier que les liens de polysémie ne doivent pas être modélisés indépendamment des liens de dérivation ou de conversion. Les résultats de l'évaluation montrent que la frontière entre polysémie et conversion est poreuse.Les comparaisons entre relations utilisent les propriétés de l'analogie, bien adaptée pour caractériser les rapports entre relations. Ce sont les liens qui connectent les lexies qui font l'objet d'une comparaison. Un lien de polysémie est ce qui connecte deux lexies en relation de polysémie. Ce lien peut être comparé à un lien qui connecte deux autres lexies en relation de conversion.La langue d'étude est le wolof, langue atlantique d'Afrique de l'ouest. Cette langue est un terrain propice à une telle recherche. Un large éventail de procédés morphologiques structurent le lexique (dérivation par suffixation, dérivation par alternance consonantique, conversion par changement du morphème de classe nominale).L'apport descriptif de ce travail est d'explorer les champs des artefacts et des émotions du wolof, champs jamais décrits auparavant du point de vue de la structuration du lexique pour une langue africaine. La méthodologie consiste à décrire les sens des unités lexicales et les liens sémantiques qui les connectent par un métalangage unique, celui de la métalangue sémantique naturelle (NSM), introduit ici pour le wolof.

  • Titre traduit

    Polysemy and structuration of the lexicon : the Wolof case


  • Résumé

    Emphasizing on the key role of polysemy in forming the lexicon is the main goal to be achieved in this dissertation paper. The paper suggests a qualitative evaluation of polysemy in comparing it with other relations that form the lexicon. The research confirms that the polysemic links must not be modeled independently from derivative links or conversational links. This evaluation leads us to reveal that the boundary between polysemy and conversation is porous. The properties of analogy has been used to compare the relations, which is well adapted in characterizing the links between the relations. They are the links that connect lexis which form the objects of a comparison. A polysemic link is a link by which two lexis are connected to each other in a polysemic relation. This link can be compared to a link that connects two other lexis in a conversional relation. In this paper, Wolof, an Atlantic language in West-Africa, is studied. This language provides a fertile breeding ground for our explorations. A large scale of different morphological processes form the lexicon (like suffix derivation, derivations from consonant alternation and conversion by changes in nominal class morphemes).The descriptive contribution of this research is to explore the semantic fields of artifacts and emotions in Wolof lexicon. These fields have never been described in an African language taking the lexicon formation into consideration.The methodology applied here is to describe both the meanings of the lexical units and the semantic links by which they are connected by a unique metalanguage. That unique metalanguage is called the Natural Semantic Metalanguage (NSM), which is applied here to Wolof.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.