L’identité et le discours des intellectuels religieux iraniens postrévolutionnaires

par Mohammad Mohsen Moshefi

Thèse de doctorat en Sciences Politiques

Sous la direction de Jean-Marie Demaldent.

Soutenue le 03-03-2015

à Paris 10 , dans le cadre de École Doctorale Droit et Science Politique (Nanterre) .

Le président du jury était Jean-Charles Szurek.

Le jury était composé de Jean-Marie Demaldent, Jean-Charles Szurek, Viviane Comerro, Saeed Paivandi.

Les rapporteurs étaient Viviane Comerro, Saeed Paivandi.


  • Résumé

    Après plus de cent ans d’une prise de connaissance de la modernité occidentale et de ses réalisations matérielles et intellectuelles, la question de savoir comment faire face à ce phénomène reste toujours une des questions complexes du débat intellectuel dans la société iranienne. Même après la Révolution islamique 1979, cette question se pose mais autrement.Face à ce défi et face aux militants de la culture occidentale et à ceux qui la niaient ardemment en faveur de la culture indigène, certains penseurs s’est mis à chercher une solution conciliante ces deux. Une partie considérable de ces efforts a été réalisée par un cercle de penseur, connu sous le titre des intellectuels religieux. Moins d’une décennie après l’installation du gouvernement islamique, ces penseurs musulmans et partisans de la Révolution islamique ont présenté leurs points de vus basées sur une interprétation de la religion (islam) et de la question de l’identité, permettant à réconcilier de la modernité occidentale et l’islam (en tant qu’un des éléments le plus important de la culture indigène).Les idées des intellectuels religieux, semblent-elles pouvoir être reconnues comme un ensemble intellectuel et comme un discours religio-politique. Ce discours a progressivement commencé à viser le discours idéologique de l’islam, au pouvoir depuis le chut d’anciens régime.

  • Titre traduit

    The identity and the discourse of post-revolutionary Iranian religious intellectuals


  • Résumé

    After more than a hundred years of obtaining an understanding of Western modernity and its material and intellectual achievements, the question of how to deal with this phenomenon remains a complex question of intellectual debate in Iranian society. Even after the Islamic Revolution in 1979, the question arises at its different forms. Faced with this challenge, as well as by facing with the militants of Western culture and those who ardently denied the indigenous culture, some intellectuals began to seek a conciliatory solution to the coexistence of both modernity and the indigenous culture. A considerable part of these efforts was conducted by a thinker circle, known as the religious scholars. Less than a decade after the installation of the Islamic government, the Muslim thinkers and supporters of the Islamic Revolution presented their points of views based on an interpretation of the religion (Islam) and the question of identity, to reconcile of Western modernity and Islam (as one of the most important elements of the indigenous culture).The ideas of religious intellectuals seem to be recognized as an intellectual religious-political discourse as a whole, since the falling down of the former regime.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.