Identité professionnelle, environnement de travail et pratiques sociomatérielles : le cas des conducteurs de train à la SNCF

par Pierre Laniray

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de François-Xavier de Vaujany.

Soutenue le 30-11-2015

à Paris 9 , dans le cadre de Ecole doctorale de Dauphine (Paris) , en partenariat avec Dauphine Recherches en management (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-François Chanlat.

Le jury était composé de Jean-François Chanlat, Franck Aggeri, Aurélie Dudézert, Nathalie Mitev, Hervé Dumez.

Les rapporteurs étaient Franck Aggeri, Aurélie Dudézert.


  • Résumé

    Sous l'effet d'évolutions matérielle (techniques et technologiques), le monde des organisations évolue aujourd'hui à très grande vitesse. Ce phénomène affecte le sens que les travailleurs construisent à partir de leur activité. Cette double problématique fait l’objet de deux courants de recherche distincts, l’un sur la construction identitaire en contexte organisationnel (Alvesson et Willmott, 2002), l’autre sur le rôle de la matérialité dans l’organizing (Orlikowski, 2007 ; Leonardi, 2011, 2012, 2013). Dans cette recherche, nous tentons de les rapprocher pour étudier les relations entre l’identité professionnelle d’une communauté de métier et la matérialité de son environnement de travail dans le cadre de la pratique quotidienne de l’activité professionnelle. Nous réalisons pour cela une ethnographie organisationnelle auprès de la communauté des conducteurs de train de la SNCF. Le matériau recueilli permet de mettre à jour le rôle de leur identité professionnelle dans l’appréhension et l’utilisation des artefacts présent dans la cabine de conduite. Notre recherche analyse également l’influence de l’évolution des artefacts liés à la conduite sur l'identité professionnelle des conducteurs de train, en identifiant des dynamiques parallèles de déqualification et d’enrichissement du travail.

  • Titre traduit

    Occupational identity, work environment and sociomaterial practices : the case of the SNCF Train drivers


  • Résumé

    Due to material evolutions (technical and technological), organizations are changing at a very fast pace. This phenomenon influences how workers thrive meaning from their activities. This dual issue has been adressed by two separate research streams : on the one hand, scholars have tried and understand identity construction within organizations (Alvesson et Willmott, 2002), on the other hand, more work is being published on the role of materiality in organizing (Orlikowski, 2007 ; Leonardi, 2011, 2012, 2013). In my research, I try to draw on both these research streams in order to study the relations between the professional identity of an occupational community and the materiality of its work environment, focusing on everyday practices. To do so, I fulfilled organizational ethnography amongst the occupational community of train drivers at SNCF. Empirical evidence shows the role of their professional identity in building their representations and use of artefacts present in the train cabin. This research also analyses the influence of evolving driving artefacts on train driver's identity by establishing parallel deskilling and job enrichment dynamics.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (392 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.