L'Eglise catholique au Maroc français au temps du Protectorat (1907-1956) : les choix ecclésiastiques et les répercussions politiques

par Moussa Marghich

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Danielle Tartakowsky et de Daniel Lefeuvre.

Le président du jury était Oissila Saaïdia.

Le jury était composé de Danielle Tartakowsky, Daniel Lefeuvre, Claude Prudhomme.

Les rapporteurs étaient Pierre Vermeren.


  • Résumé

    Cette étude cherche à situer l’Église catholique française au Maroc dans le contexte colonial. Elle vise principalement à décrire et analyser les mécanismes déterminant les rapports entre le pouvoir politique et ecclésiastique et apporter une réflexion sur leur évolution, et la nature des rapports entre l’Église et les différentes tendances politiques et organisations au Maroc qui se déclarent hostiles à l’Église. Elle s'attache aussi à la présentation des principales phases de l'évolution de la présence de l’Église au Maroc du point de vue politique et ecclésiale. La thématique des rapports entre les autorités ecclésiastiques et politiques durant la période du Protectorat n'est pas encore suffisamment traitée.Ce travail prend principalement appui sur les archives diplomatiques (centre de la Courneuve et de Nantes) et privées (couvents franciscains de Paris et de Toulouse), jusqu’à présent peu utilisées par les chercheurs et les historiens.L’occupation du Maroc crée une situation nouvelle pour l’Église catholique. Elle se trouve appelée à jouer un rôle important dans l'entreprise coloniale. Durant la présence française au Maroc, l'Église connaît une évolution remarquable dans sa pensée politique et développe une expérience ecclésiastique particulière. Cette évolution s'accomplit à travers trois étapes majeures. Les limites de chaque étape se distinguent par les préoccupations propres à chacun des trois prélats qui se succèdent à la tête du vicariat de Rabat.La Première étape (1908-1926 ) se focalise d'abord sur la problématique de l’autonomie religieuse de la zone française, et aussi le souci d'organisation de la vie religieuse des Français arrivés au Maroc. Lors de l'intervention française au Maroc, ce sont les franciscains espagnols qui s'occupent de la mission. Et depuis, dans un contexte politique peu favorable au clergé français (politique de laïcisation, rupture diplomatique entre la France et le Saint-Siège, déclenchement de la Première guerre mondiale), les négociations s’enchaînent entre les différentes parties concernées pour s'adapter à la nouvelle situation et permettre aux Français d'avoir un clergé représentant leur patrie. Les supérieurs religieux français qui dépendaient jusqu’alors du vicaire de Tanger (Mgr Cervera) cherchent à mettre en place des moyens humains et matériels de façon habile et prudente pour organiser le catholicisme sans irriter et les pouvoirs politiques et la population locale. Cette politique mène à une paix dans les relations entre les pouvoirs spirituels et politiques. Il est d'ailleurs important de préciser que le maréchal Lyautey est un grand artisan de cette cohabitation. Cette stratégie aboutit, malgré les réticences espagnoles et du Saint-Siège, en 1923 à la division du Maroc au niveau religieux et offre enfin à la France son premier vicaire apostolique français au Maroc : Mgr Dreyer.Plusieurs thématiques majeures d'ordres religieux et politique sont évoquées, notamment les négociations franco-espagnoles au sujet de la division du Maroc du point de vue religieux, les rapports entre Lyautey et le clergé français, les débats autour d’un projet demandant l'autorisation de la congrégation des franciscains, les discussions entre la France et le Saint-Siège sur les modalités de la nomination des vicaires, etc.

  • Titre traduit

    The catholic Church in french Morocco in the time of the protectorate (1907-1956) : the ecclesiastical choices and policy implications


  • Résumé

    This study tries to place the French Roman Catholic Church in Morocco in the colonial context. It mainly aims to describe and to analyze mechanisms which determine relationships between the political and ecclesiastical power and to bring a reflection on their evolution, and the nature of relations between the Church and the various political tendencies and organizations in Morocco which are hostile to the Church. This work also involves the presentation of the main phases in the evolution of the presence of the Church in Morocco from a politicial and an ecclesiastical point of view. Relations between the ecclesiastical and political authorities during the period of Protectorate is not yet treated enough.This work is essentially based on the diplomatic archives (centres of La Courneuve and Nantes) and private archives (franciscan convents of Paris and Toulouse), which have been rarely used by the researchers and the historians so far.The colonial occupation of Morocco creates a new situation for the Roman Catholic Church. It is called to play an important role in the colonial enterprise. During the French presence in Morocco, the Church shows a remarkable evolution in its political thinking and develops a particular ecclesiastical experience. This evolution is achieved across three major stages. The limits of every stage are characterized by the concerns specific to each of the three successive prelates leading the vicariate of Rabat.The first stage (1908-1926) focuses at first on the question of the French zone’s religious autonomy, and also the religious life of French people who have arrived in Morocco. During the French intervention in Morocco, Spanish Franciscans run the mission. And since then, in a political context not very favourable to the French clergy (secularization policy, diplomatic breaking between France and the Holy See, the outbreak of the First World War), negotiations go on between the various parties involved to adjust to the new situation and allow French people to have a clergy representing their country. French religious superiors who were previoulsy under the vicar of Tanger (Mgr. Cervera) skillfully and carefully seek to set up human and material ressources necessary to organize Catholicism without upsetting neither political powers and the local population. This policy leads to peaceful relationships between spiritual and political powers. It is important moreover to precise that Marshal Lyautey is a builder of this cohabitation. In spite of the Spanish and the Holy See’s reluctances, this strategy results in the division of Morocco in 1923 at religious level and finally offers France its first French apostolic vicar in Morocco : Mgr. Dreyer.Some very important religious and politicial topics are discussed, in particular the French-Spanish negotiations regarding the division of Morocco religiously, relations between Lyautey and the French clergy, debates on a project requesting for the authorization of the Franciscans’ congregation, discussions between France and the Holy See on methods of appointing vicars, etc.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.