Le corps monnaie d'échange : approche psychanalytique des demandes d'amputation volontaire

par Eirini Rari

Thèse de doctorat en Sexualités, procréation et périnatalité

Sous la direction de Jacques André.


  • Résumé

    Cette étude porte sur la clinique des demandes d'amputation d'un membre sain ou viable ou d'acquisition d'une paralysie. Nous suivons l'évolution nosographique de la condition et les enjeux diagnostiques et éthiques qu'elle soulève. Dix entretiens auprès de neuf hommes et une femme souhaitant une amputation ou une paralysie ont été effectués. Les témoignages mettent à jour la composante sexuelle de l'apotemnophilie, gravitant autour de la fétichisation d'un membre manquant. Nous analysons la structure du fantasme d'amputation sous-jacent et les transmutations que subit la représentation de la différence des sexes sous ce prisme. Le constat que les membres inférieurs sont majoritairement visés souligne les liens entre désir d'amputation et mobilité, convoquant un versant topique et spatial du processus de séparation, en écho avec les réaménagements psychiques concomitants à l'acquisition de la marche et ses vicissitudes. En surface une démarche de privation, le souhait d'un handicap moteur correspond à une tentative d'«auto-portage». A l'aide du paradigme du ex-voto et de la relique, nous considérons le détachement d'une partie du corps comme réponse à une exigence sacrificielle ; mouvement pris dans un commerce intersubjectif, les parties et les fonctions du corps pouvant servir de «monnaie d'échange». Se dégage ainsi une tentative de négociation de la séparation et de maîtrise de la perte, inscrite sur les lieux du corps propre, opération à caractère (anti)mélancolique. Le caractère enclavé, paradoxal et intraduisible de cette formation constitue en même temps un rempart contre une éclosion psychotique et une modalité de sauvegarde in extremis de l'identité sexuée.

  • Titre traduit

    The body as a bargaining chip : a psychoanalytical approach to the requests for voluntary amputation


  • Résumé

    The object of this study is the request for voluntary limb amputation or paralysis. We follow the nosographie evolution of the condition, addressing the diagnostic and ethical issues it raises. Nine men and one woman with an amputation or paralysis wish were interviewed. These accounts put forth apotemnophilia's sexual component, gravitating around the fetish of a missing limb. We analyze the structure of the underlying amputation fantasy and the way the representation of the difference between sexes transmutes under this prism. The primary focus on the inferior limbs emphasizes the relationship between amputation desire and mobility, highlighting a spatial dimension of the separation process that echoes the psychic modifications concomitant to the acquisition of walking and its vicissitudes. While manifestly a deprivation move, the wish for a motor handicap corresponds to a maneuver of "self-portage". Based on the ex-voto and the relie paradigms, the detachment of a body part is viewed as a response to a sacrificial demand; a process involved in an intersubjective commerce, with body parts and functions potentially serving as a "bargaining chip". Thus, the detachment of a body part reflects a means to negotiate separation and a mastering of the loss, inscripted on the body itself, a(n) (anti)melancholic process. The enclaved, paradoxical and untranslatable character of this formation constitutes simultaneously a rampart against psychosis and offers in extremis a way of preserving sex and sexual identity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (329 p.)
  • Annexes : 251 réf. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TL (2015) 077
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.