Etude psychanalytique des échecs du don d'ovocytes

par Vassiliki Simoglou

Thèse de doctorat en Recherche en psychopathologie et psychanalyse

Sous la direction de Christian Hoffmann.


  • Résumé

    La FIV par don d'ovocytes est un mode de filiation féminine qui se caractérise par l'absence de lien héréditaire à l'enfant à naître et à la fois, par la présence d'un lien dans le corps. Cette étude psychanalytique se propose d'en questionner les spécificités du point de vue des femmes infécondes, lorsque la technique échoue. À partir de son expérience clinique dans un Centre d'AMP privé à Athènes, l'auteure met en perspective le dispositif grec du don d'ovocytes « empruntés » ou « étrangers », avec le dispositif français du « don croisé » tel qu'elle a pu l'observer dans un CECOS parisien. Les enjeux de cette mise en perspective permettent d'éclairer le don d'ovocytes au-delà de ces deux dispositifs. Outre les thèmes récurrents de l'échange et de la dette, du « trop tard », du secret, et de la réparation par la grossesse, à replacer dans le contexte de la Bioéconomie néolibérale, ce don s'avère être impossible à admettre, puisque le manque qu'il vise est un manque au niveau de l'être : l'auteure soutient qu'il échoue lorsqu'une femme n'arrive pas à concevoir sa limite qui l'identifie à un objet. Les résultats de cette recherche conduisent à affirmer l'existence d'un don spécifique coextensif d'une aliénation au niveau de la demande même qui l'aura initié, et qui installe le sujet dans un mirage par où son rapport au temps, à la dette et à la castration se trouve dénié. Si le don d'ovocytes apparaît comme un don relevant d'un désir d'enfant qui confronte une femme à sa propre étrangèreté et à la mort, la théorie psychanalytique du don que propose l'auteure fait émerger l'objet a du don comme l'objet donné dans tout don qui en marque l'échec.


  • Résumé

    Oocyte donation IVF is a type of feminine filiation characterized by the absence of a hereditary link to the unborn child and at the same time, by the presence of a link in the body. This psychoanalytic study questions the specificities it bears from the viewpoint of infertile women, whenever technique fails. Through her clinical experience in a private ART Unit in Athens, the author puts into perspective the Greek protocol of donating "borrowed" or "foreign" oocytes, with the French protocol of "cross donation" such that she observed it in a Centre for Egg and Sperm Conservation in Paris. The issues that emerge from confronting these two protocols shed light on oocyte donation in general. Alongside the recurring themes of exchange and debt, "too late", secret, and reparation through pregnancy, within the context of neoliberal Bioeconomy, this gift turns out to be impossible to admit, since the lack it aims at is a lack of being: the author maintains that it fails when a woman cannot conceive its lirait identifying it to an object. The results of this research lead to confirm the existence of a specific gift related to the alienation of the demand having initiated it, and which installs the subject in a mirage whereby her relationship to time, debt and castration is denied. If oocyte donation appears as a gift in response to a woman's desire for a child, challenging her own foreignness and death, the psychoanalytic theory of the gift the author suggests brings out the object a of the gift as the object given in any gift marking its very failure.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.( 342 f.)
  • Notes : Thèse confidentielle jusqu'au 24 octobre 2035
  • Annexes : 300 réf. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TL (2015) 033
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.