La géographie religieuse de la XVe province de Haute Égypte aux époques ptolémaïque et romaine

par Lorenzo Medini

Thèse de doctorat en Égyptologie

Sous la direction de Dominique Valbelle.

Soutenue le 28-11-2015

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Orient et Méditerranée (Ivry-sur Seine, Val de Marne) (laboratoire) .

Le président du jury était Christiane Zivie-Coche.

Le jury était composé de Christian Leitz, Jean Gascou, Laurent Coulon.


  • Résumé

    La présente étude porte sur les traditions religieuses de la XVe province de Haute Égypte - la sepat de la Hase - dont la métropole était la ville égyptienne Khemenou, devenue l’Hermopolis Magna des Grecs. Le cadre chronologique de ce travail couvre plus particulièrement la période courant de la fin des dynasties indigènes jusqu’au Bas-Empire romain. En raison de l’insuffisance de la documentation locale, les textes issus des scriptoria des grands temples égyptiens ont été pris en compte en tant que sources complémentaires afin de permettre la reconstitution du panthéon de la province ainsi que des légendes qui sont associées à ses lieux saints. L’analyse des papyrus et des inscriptions grecques se rapportant à Hermopolis a permis de répertorier les principaux sanctuaires de la ville à l’époque ptolémaïque et romaine. Enfin, un examen critique de cette documentation a rendu possible la mise en évidence des incohérences liées à la reconstitution du centre ville proposée par les archéologues, confusion qui résulte notamment d’une interprétation erronée des sources.

  • Titre traduit

    The religious geography of the XVth Upper Egyptian province during the Hellenistic and Roman period


  • Résumé

    This study focuses on the religious traditions of the XVth Upper Egyptian province - the sepat of the Hare - whose the main city was the ancient Egyptian town of Khemenou, who became the Greek Hermopolis Magna. The chronological frame of this work covers mainly the period from the end of the native dynasties until the Roman Empire. Due to the lack of local documents, the outcomes of the scriptoria of the main Egyptian temples were considered as complementary sources to permit a reconstruction of the pantheon of the province and the legends associated with its holy places. The analysis of Greek papyrus and inscriptions relating to Hermopolis allowed to list the main sanctuaries of the city in the Ptolemaic and Roman periods. Finally, a critical review of this literature has made possible the detection of inconsistencies concerning the reconstruction of city center proposed by the archaeologists: this confusion resulting from a misinterpretation of the sources.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 31-12-2018

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.