Des Wisigoths aux Omeyyades (672-852) : Monnaies et circulation monétaire dans le Nord d’al-Andalus

par Sébastien Gasc

Thèse de doctorat en Études médiévales

Sous la direction de Philippe Sénac.

Soutenue le 16-10-2015

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Centre Roland Mousnier (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Mathieu Tillier.

Le jury était composé de Carolina Doménech Belda, Pierre Guichard, Laurent Schneider.


  • Résumé

    Le haut Moyen Âge ibérique se caractérise par un changement brutal initié en 711 avec la conquête musulmane du royaume wisigothique. Cet évènement qui bouleversa l’histoire de l’Espagne n’est éclairé que de manière très lacunaire par les sources latines et arabes. Au cours des dernières années, le développement de l’archéologie a néanmoins contribué à une meilleure connaissance de la fin de la monarchie de Tolède et du début d’al-Andalus. Parmi le matériel exhumé, les monnaies sont souvent privilégiées dans les travaux scientifiques et la numismatique bénéficie pour ces périodes d’une bibliographie abondante. Cela permet aujourd’hui une approche plus exhaustive et une meilleure compréhension de leur rôle, de leur utilisation et de leur circulation. Mais les monnaies représentent également un précieux témoignage des difficultés de la fin du royaume wisigothique qui facilitèrent l’entrée et les avancées des troupes arabo-berbères en Hispanie. De même, elles sont les vestiges matériels presqu’exclusifs de la conquête, en particulier pour les régions du Nord du royaume au sujet desquelles les textes se montrent très lacunaires. Enfin, elles furent un outil administratif des Omeyyades au sein d’un émirat dont la centralisation s’accentua avec les réformes réalisées sous ‘Abd al-Raḥmān II (822-852). Cette évolution est perceptible dans la nature même du numéraire employé : alors que les Wisigoths perpétuèrent un monnayage sur le modèle antique en frappant une division du solidus, les musulmans privilégièrent le dirham, rattachant la Péninsule au « monométallisme » argentifère caractéristique du haut Moyen Âge occidental.

  • Titre traduit

    From Visigoths to Umayyads (672-852) : Coins and monetary circulation in the North of al-Andalus


  • Résumé

    The Iberian Early Middle Ages are generally characterized by a rough change began in 711 with the Muslim conquest of the Visigothic kingdom. Latin and Arabic textual sources throw few lights on this event that profoundly marked the history of Spain. During the last years, archaeology’s development contributed to a better knowledge about the last years of Toledo Kingdom and beginning of al-Andalus. Among the exhumed material, coins are generally very used in historical studies and numismatic benefits from a large bibliography for this period. That’s why it allows a more exhaustive approach and a better understanding of their role, utilization and circulation. These coins represent an invaluable evidence of the kingdom’s difficulties before the conquest that make easier the Arabic progress in this territory. They are nearly exclusive traces about the conquest, especially for the North part of the kingdom which is little informed by the sources. Finally, they were an administrative tool for Umayyad in the Emirate’s construction and centralization in effect under ‘Abd al-Raḥmān II (822-852). This evolution could be symbolized by monetary changes: Visigoths perpetuated antique coinage with the emission of parts of solidus, Muslims preferred dirham, bringing the Iberian Area under “monometallic” plate zone characteristic of High Middle Ages Occident.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.