« Oser plus de social-démocratie ». La recréation et l’établissement du Parti social-démocrate en RDA (1989-1990)

par Étienne Dubslaff

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Hélène Miard-Delacroix et de Dietmar Hüser.

Le président du jury était Stéphan Martens.

Le jury était composé de Gabriele Clemens, Guido Thiemeyer, Hans Stark.


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat se propose d’éclairer les parcours personnels et collectifs de la quarantaine de membres fondateurs du Parti social-démocrate en RDA (SDP puis SPD), au-delà de sa création le 7 octobre 1989, afin de retracer leurs efforts de structuration mais aussi d’élaboration d’un programme social-démocrate proprement est-allemand, tout ce travail partisan qui dépasse la charge révolutionnaire à l’encontre du régime socialiste quarantenaire du SED. Après la chute du Mur, ce parti résolument est-allemand doit s’ouvrir à la question allemande et se confronter au Parti social-démocrate d’Allemagne ouest-allemand qui l’aide tout autant qu’il tente de le récupérer, notamment lorsque le parti est-allemand accède au gouvernement de la RDA en mars 1990. Alors que les deux gouvernements de Berlin et de Bonn préparent l’unification selon la volonté majoritaire, les sociaux-démocrates est-allemands, patriotes, s’affairent à empêcher que leur identité et leur pays ne soient happés par la RFA au niveau national ou par le parti frère de Bonn au niveau partisan. Au-delà de la politique effectivement menée, ce travail s’intéresse donc aux aspirations véhiculées par le parti est-allemand durant son l’année d’existence autonome jusqu’à sa fusion avec le SPD de RFA, le 26 septembre 1990, quelques jours avant la Réunification nationale.

  • Titre traduit

    “To dare more social democracy”. New foundation and establishment of the Social Democratic Party in the GDR (1989-1990)


  • Résumé

    This dissertation analyses the personal and collective background and development of the approximately 40 founding members of the Social democratic Party in the GDR (SDP, then SPD) from October 7th 1989 until the fusion of both German Social democratic parties on September 26th 1990, 8 days before the national Reunification. Beyond the revolutionary act against the East German regime and the SED, this thesis tries to retace the structural and programmatic development of the party and insists on the East-German basis of its ideology. After the fall of the Berlin Wall, the SDP has to position itself vis-à-vis the national question and its relations to the West German SPD. The latter helps its new partner but tries to dominate the East German party, especially after it has become part of the East German government after the free national elections on March 18th 1990. Although the majority of the East German population hopes for a prompt reunification as it is promised by the conservative parties in Bonn and Berlin, the SPD tries to avoid a complete rendition of East-German identity and succeeds in maintaining some of its aspects beyond the German Reunification. Nevertheless, the East German social democrats fight for the ratification of the three Treaties by the West German SPD part of which seems reluctant. Throughout their political actions, the East German social democrats seek to maintain their identity which they consider no less valuable than the one that is impersonated by the Federal Republic and the West German SPD. This dissertation tries not only to depict the social democratic policies but to analyze the evolution of objectives within the year of its autonomous existence.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Faculté des Lettres. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.