NIKΗΣ ou de la victoire sportive : Récompenses et vainqueurs en Grèce ancienne (du VIIIe s. à 146 av. J.-C.)

par Axelle Davadie

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Alexandre Farnoux.

Soutenue le 21-11-2015

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris) , en partenariat avec Orient et Méditerranée (Ivry-sur Seine, Val de Marne) (laboratoire) .

Le président du jury était Michèle Brunet.

Le jury était composé de Alexandre Farnoux, Jean-Charles Moretti, Daniela Lefèvre-Novaro.

Les rapporteurs étaient Jean-Charles Moretti.


  • Résumé

    Ce travail a interrogé les relations entre la victoire, la récompense et le vainqueur, dans les concours sportifs, en Grèce ancienne, du VIIIe s. av. J.-C. jusqu’à la prise de Corinthe par Mummius. Durant tous ces siècles, les concours, les récompenses et la place du vainqueur dans la cité ont connu des évolutions. Outre l’augmentation du nombre de rencontres et la constitution de la période, les récompenses ont aussi varié tant dans leur nature que dans leur signification. Nous avons étudié les rapports entre les trois termes de notre sujet selon trois perspectives : établir la victoire pour proclamer le vainqueur. Différents moyens sont alors lentement expérimentés, de la constitution d’un jury à l’équipement des lieux et à l’autopsis de la victoire, en passant par l’ouverture de nouvelles épreuves et catégories, tant humaines qu’animales. Puis comment la récompense et sa remise transforment l’athlète vainqueur sur le lieu même de son succès. A la cérémonie de proclamation et de couronnement dans le sanctuaire succèdent, dans un temps plus ou moins long, la mise en image et en mots. La victoire acquise et affirmée, la récompense reçue lui confèrent alors un statut nouveau et peuvent donner lieu à un enrichissement personnel. Dans une troisième partie nous avons analysé la relation entre l’athlète vainqueur et la cité de ses pères, selon trois axes : le premier met en évidence la rivalité entre certaines cités pour obtenir la gloire d’une proclamation. Le retour de l’athlète donne lieu à des cérémonies variées selon qu’elles sont familiales ou civiques. Enfin, nous avons confronté l’image négative transmise par certaines de nos sources à la carrière de quelques vainqueurs.

  • Titre traduit

    NIKΗΣ, of Victory : Rewards and Victors in Ancient Greece (from the 8.th BC to 146 BC)


  • Résumé

    This PhD assessed the relations between victory, reward and victor in sport contests, both athletics and equestrianism, in Ancient Greece, from the 8.th century B.C. to the seizure of Corinth by Mummius. During all these centuries, increasing numbers of contests and rewards developed modifying the victor’s position in the city. By the way, cities organizing new contests, the « periodos » was established (the circuit of the Big Four Contests,) and the kind of rewards moved on the one hand to crowns and on the other to prizes. At the same time, the meaning of reward changed. We first examined the links between the three terms from three standpoints : first, reward and victor mean that victory in a contest is publicly set. Various means have been slowly tested to assert it, from building up the jury to sports facilities and victory autopsis, including new age groups or events, for humans as well as animals. Then we studied how reward and prize-giving change the athlete’s position on the spot of his victory. After he has been proclaimed and crowned in the sanctuary of the contests, the victor might publicly be praised or portrayed, even later on. Victory and reward gained give him a new position and could make him richer.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.