L’économie du blé dans le département de la Seine au XIXème siècle : permanences et mutations

par Christiane Berthelot

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Dominique Barjot.

Soutenue le 03-12-2015

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) .

Le président du jury était Jean-Luc Mayaud.

Le jury était composé de Gérard Béaur, Alain Chatriot, Laurent Herment, Jean-Marc Olivier.


  • Résumé

    Cette étude est à replacer dans le débat sur le retard de l’agriculture française à la veille de la première guerre mondiale, et dans la façon d’aborder cette analyse, entre la macro et la micro-histoire. L’économie du blé au XIXe siècle est une des portes d’entrée de l’analyse. Le blé, culture alimentaire de première nécessité, couvrait la plus grande partie des terres labourables, alimentait des très nombreux moulins, donnait naissance à un trafic de grande envergure tant national qu’international, et se retrouvait, sous forme de pain, dans l’alimentation de tous les foyers. L’impact de cette céréale était si important, que la priorité de tous les gouvernements, était de nourrir en priorité le peuple de cette denrée pour assurer la paix sociale. Ainsi donc, d’un aspect agricole, on passait d’emblée à un aspect politique et social de l’étude. La façon dont le blé était collecté, emmagasiné, distribué, déterminait un marché, plus ou moins ouvert selon que les récoltes s’avéraient suffisantes, ou insuffisantes. L’étude ouvrait donc sur la politique commerciale de la France. Les revenus des producteurs de blé étaient fonction de leur place dans le marché, leurs gains dépendaient de l’élasticité du marché, de la loi de l’offre et de la demande, et des exigences des donneurs d’ordre. L’aspect économique de la question prenait tout son sens. Enfin, la quantité de blé récolté et livré était fonction de la taille de l’exploitation, de l’agencement des terres, de leur qualité et de l’habilité du paysan à optimiser les rendements. L’aspect purement agraire et technique de la production s’avéraient être un préalable à la réflexion. Autant de sujets de réflexion encore d’actualité.

  • Titre traduit

    The wheat economy in the Seine department in the 19th century : permanences and transformations


  • Résumé

    This study is part of the debate about The French agriculture backwardness before the First World War, and in the way to situate this analysis between macro and micro history. Wheat economy in the XIXth century is one of the introductions to this analysis. Wheat, being the essential food producing farming, was grown on most of the cultivated lands. It supplied a lot of granaries, gave birth to a tremendous national and international trade and was essentially dedicated to the making of bread for families. The impact of that cereal was so important that the governments’ priority was to feed the population to maintain social peace. Consequently the agricultural subject of our analysis implied to consider the political and social aspect of it. The way wheat was collected, stored, distributed and finally delivered, implied a market, more or less opened, depending on plentiful or insufficient harvests. The study opened on the French external commercial policy. The incomes of wheat producers depended on their situation on the market, their incomes depended on the fluctuations of the market, offer and supply and the demands of the principals. The economical aspect was quite meaningful. Finally, the quantity of wheat sales depended on the sizes of farms, their situation, their quality and the ability of peasants to increase the yields. The mere agricultural and technical aspect of production could not be avoided and turned out to be prior to our reflection. That sort of questioning is quite valid in the present day world.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Faculté des Lettres. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.