Le bilinguisme français-persan en linguistique-didactique : syntaxe et sémantique

par Rouhollah Rezapour

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Olivier Soutet.

Soutenue le 02-06-2015

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Sens, texte, informatique, histoire (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Christiane Marque-Pucheu.

Le jury était composé de Samir Bajrić, Shahrzad Saif.


  • Résumé

    Cette thèse soutient avec la théorie de la néoténie linguistique l’idée que l’ordre déjà établi par une langue chez le locuteur nouvellement bilingue n’est plus stable lors de l’insertion d’une deuxième langue et ensuite, la concurrence non égalitaire qui se révèle entre les deux. Entre la langue et l’identité, il existe une interdépendance. Le bilingue français-persan subordonné, ayant immigré à un territoire francophone à l’âge linguistiquement adulte, tâche d’insérer un autre système de comportements linguistiques, une autre manière d’être, dans un espace cognitif qui, n’en éprouve pas le besoin de continuer pour fonctionner normalement. Donc il s’affranchit du monolinguisme persanophone, i.e. de son spécialisation naturelle, pour opter au bilinguisme français-persan. L’enfant bilingue français-persan issu de famille linguistiquement mixte, est théoriquement conçu pour créer son être immanent dans les deux langues. Mais en réalité, la valorisation des langues française et persane, la scolarisation, le choix de la langue familiale et plusieurs d’autres paramètres déterminants effectuent des changements considérables dans le choix de la langue du locuteur concerné. Si le sentiment d’autosuffisance permet au locuteur bilingue français-persan d’être identifiable à la satisfaction de son environnement linguistique en français, l’appropriation et la pratique du persan, dans la famille pour lui ne reste plus une nécessité absolue car il se voit dans un univers linguistique, mental et culturel dont la réalité orale est plus pertinente avec la sphère sociale.

  • Titre traduit

    French-Persian bilingualism in Linguistics-Teaching : syntax and semantics


  • Résumé

    This dissertation, using the theory of linguistic neoteny, supports the idea that the order initially established by a language in a speaker who has become bilingual at a later stage is no longer stable at the time when the second language is inserted, and subsequently an unequal competition between the two languages becomes apparent. There exists an interdependence between the language and the identity of the speaker. The subordinated French-Persian bilingual, who has immigrated to a francophone area at the age of linguistic adulthood, tries to insert another system of linguistic behavior, another mode of being, in a cognitive space which does not sustain the need to continue to function normally. Thus, s/he overcomes his/her Persian monolingualism, that is, his/her natural specialization, in order to opt for French-Persian bilingualism.The French-Persian bilingual child born into alinguistically mixed family is theoretically conceived to create his/her immanent being in both languages.But in reality, the value ascribed to a language, schooling, the choice of family language, and several other determining factors significantly affect the speaker’s choice of his/her preferred language. If the French-Persian bilingual’s sense of self-sufficiency allows him/her to identify him-/herself as a speaker of French to the satisfaction of his/her linguistic environment, the appropriation and practice of Persian in his/her family are no longer strictly necessary because s/he sees him-/herself in a mental, cultural and linguistic universe whose oral reality is more relevant to the social sphere.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.