Représentations de l'histoire dans l'oeuvre de Julien Gracq

par Sami Bouallègue

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Bernard Vouilloux.

Soutenue le 27-06-2015

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) .

Le président du jury était Michel Jarrety.

Le jury était composé de Bernard Vouilloux, Gaha Mohamed-Kamel, Patrick Marot.


  • Résumé

    Notre hypothèse de travail est la suivante : l’œuvre de Gracq, exprime le rapport privilégié que l’auteur entretient avec l’histoire. Il est néanmoins évident que ce lien ne se limite pas à une pure écriture historiographique ou à un simple témoignage. Il s’agit plutôt d’une forme particulière de représentation littéraire qui porte sur un objet complexe : le passé, le présent et le devenir d’un être-là. Notre ambition, à travers le travail sur un corpus de quatre œuvres narratives, est, d’abord, de mettre en rapport l’œuvre littéraire avec le matériau même de l’histoire ainsi qu’avec les autres champs de la connaissance et de la perception avec lesquels la littérature forme un continuum. Lire l’histoire à travers cette œuvre revient dans un premier lieu à saisir cette continuité qu’il y a entre les deux dimensions fondamentales du temps et de l’espace historiques et de son inscription dans l’artefact littéraire qui la transforme en une matière fertile pour une « poésie de l’histoire ». Dans une première étape, nous essaierons de cerner les différentes manières avec lesquelles le temps historique est ressenti puis exprimé à travers la notion d’événement. C’est cette notion d’événement qui nous permettra aussi d’explorer l’espace géographique gracquien à travers les différents statuts qu’il assume dans l’œuvre. La troisième partie tentera de décrire les différents modes discursifs selon lesquels la représentation du temps et de l’espace historiques se transforme en artefact littéraire. Dans cette étude nous nous inspirerons essentiellement des travaux de Paul Ricoeur (Temps et récit, La Mémoire l’Histoire l’Oubli) et de Hayden White dans Metahistory.

  • Titre traduit

    Representations of History in Julien Gracq’s Works


  • Résumé

    The main hypothesis of this thesis is: Julien Gracq’s works are the expressions of a privileged relationship linking the author to History. It is evident, however, that this link is not limited to a pure historiographical writing or to a simple testimony. It is rather a specific form of literary representation that covers a complex issue, namely: the past, the present and evolution of living entities in the universe. Via analyzing a corpus of four narratives, my ambition is to connect the literary works to the other fields of knowledge and cognition, with which literature makes a continuum. Throughout these works, History turns to mean that we must understand the continuity between the two fundamental dimensions of historical time and space, and how they are enshrined into a literary artifact that transforms them into a “poetry of history” (“Poésie de l’histoire”). In a first phase, I will try to identify how historical time is felt and then expressed trough the notion of event. This very notion of event will then enable me to explore gracquian geographical space through the various statutes it takes in the literary work. The third part of this thesis will describe the different discursive strategies used to transform historical time and space into literary artifact. The main inspirations for this thesis are the works of Paul Ricoeur (Temps et récit ; La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli) and Hayden White (Metahistory) .


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.