Les écoutes radioélectriques et les services techniques des Transmissions dans la Résistance française, 1940-1945 : le Groupement des contrôles radioélectriques (GCR), le Service des transmissions nationales (STN) et le « Groupe Romon » du Service de renseignements (SR) Alliance

par François Romon

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Olivier Forcade.


  • Résumé

    Une forme de résistance spécifique et méconnue : la continuation du combat contre l’envahisseur allemand menée au sein des services techniques des Transmissions de l’armée française, notamment du Groupement des contrôles radioélectriques (GCR), dès le lendemain de l’armistice de juin 1940, et poursuivie jusqu’à la victoire finale. Une résistance initiée par des officiers des Transmissions au coeur même des institutions de l’Etat français, consistant à communiquer secrètement du renseignement militaire aux Forces alliées. Cette résistance latente débouche, après novembre 1942, sur une résistance active par la formation d’un réseau clandestin, le Service des transmissions nationales (STN), sous l’égide de NAP-PTT, puis sur son intégration, en octobre 1943, sous le nom de « Groupe Romon », au réseau Alliance, ainsi que sur l’entrée de nombreux opérateurs radio du GCR dans divers autres réseaux de résistance.Le cas d’une résistance intérieure, qui a contribué efficacement à la victoire finale des Forces alliées, malgré une répression systématique et féroce de l’occupant.

  • Titre traduit

    The radio listening and the technical services of Transmissions in the French Résistance, 1940-1945


  • Résumé

    A specific and hardly known way of resistance: the continuation of the fight against the german invader led within the technical services of Transmissions of French army, especially the Groupement des contrôles radioélectriques (GCR), the Radio control Group, immediatly after the armistice of June 1940 and carried on until the final victory. A resistance at the initiative of Transmission officers, which, at the heart of the institutions of the Etat français, French State, have secretly communicated military intelligence to the allied Forces. This latent resistance leads, after november 1942, up to an active resistance by the implementation of a clandestine network, the Service des transmissions nationales (STN), the National Transmissions Service, under the aegis of NAP-PTT, then to its integration, in october 1943, under the name « Groupe Romon », to the resistance network Alliance, as well as the commitment of numerous GCR transmitters in various other resistance networks.The case of a resistance from the inside which has effectively contributed to the final victory of the Allied, despite a systematic and ferocious repression from the occupant.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.