"La civilisation du travail" : réflexions sur les rapports entre travail et culture

par Thomas Le Bon

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Marc Crépon.

Soutenue le 07-01-2015

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Métaphysique, histoires, transformation, actualité (Paris) (équipe de recherche) .


  • Résumé

    Cette étude se concentre sur l'analyse de l'expression « civilisation du travail » pour proposer un examen critique et normatif de la « valeur-travail ». Repartant des deux sens, scientifique et pragmatique de l'expression « civilisation du travail », le propos se divise en deux temps : il se focalise d'abord sur l'aspect scientifique, descriptif de l'expression avant d'envisager la possibilité de son emploi normatif. Dans le volet descriptif, il s'agit, d'une part, de mesurer la pertinence d'un emploi ethnographique de l'expression pour caractériser nos sociétés occidentales et, d'autre part, de présenter un portrait intellectuel et moral du travailleur moderne. Les traits de caractère spécifiques de cette figure sont ensuite l'objet d'une analyse critique qui ouvre sur le volet normatif de ce travail. Repartant des liens que la figure du travailleur tayloro-fordien entretient avec le constat d'une crise de la civilisation dans le discours philosophico-sociologique de l'entre-deux-guerres et des Trente Glorieuses, l'étude renoue avec le dilemme marxien de la libération ou de la désaliénation du travail en l'indexant à ses enjeux culturels : faut-il privilégier une réduction du temps de travail ou une transformation radicale de ses conditions d'exercice pour espérer sortir de l'impasse nihiliste ? En recomposant le débat opposant les défenseurs d'une « civilisation des loisirs » à ceux d'une « civilisation du travail », la réflexion retrouve les lignes de fracture structurant les débats sur la valeur du travail. Elle s'achève sur la défense d'un emploi normatif de l'expression « civilisation du travail ».

  • Titre traduit

    “The Civilisation of Labour” : an enquiry into the relationship between labour and culture


  • Résumé

    This investigation is focussed on the analysis of the expression civilisation of labour, puttingforward a critical and normative examination of the labour theory of value. Proceeding fromthe scientific and pragmatic perspectives of the civilisation of labour, the thesis is divided intotwo parts: concentrating first of all on the scientific aspect, describing the expression, before considering the possibility of its normative use. The descriptive section is devoted toevaluating the pertinence of an ethnographic use of the expression to characterise western societies and presenting an intellectual and moral portrait of the modern worker. The specific characteristics of this figure then become the object of a critical analysis which leads into the normative section of this work. Commencing with the ties the figure of the Tayloro-Fordian worker maintains with the crisis of civilisation observed in philosophical and sociological discourse during the inter-war period and the post-war boom, the investigation revives the Marxist dilemma of the freedom or disalienation of labour by indexing it to related cultural issues: should a reduction in working hours or a radical transformation of labour conditions be favoured in the hope of escaping a nihilistic impasse? By reconstructing the debate opposing the defenders of a civilisation of leisure to those of a civilisation of labour, the examination uncovers the dividing lines structuring debates on the value of labour. The thesis is completed with the defence of a normative use of the expression civilisation of labour.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.