Desservir les faibles densités par les transports collectifs routiers : des réseaux aux prises avec le territoire

par Matthieu Drevelle

Thèse de doctorat en Géographie-Aménagement

Sous la direction de Francis Beaucire.

Soutenue le 23-10-2015

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale de Géographie de Paris. Espace, sociétés, aménagement (Paris) , en partenariat avec Géographie-cités (Paris) (laboratoire) et de Géographie-cités / GC (UMR_8504) (laboratoire) .

Le président du jury était Gabriel Dupuy.

Le jury était composé de Francis Beaucire, Yann Leriche, Pierre-Henri Emangard, Henri Saisset.

Les rapporteurs étaient Laurent Chapelon, Jean-Pierre Nicolas.


  • Résumé

    Discutant la thèse d’un périurbain indifférencié, cette thèse cherche à définir les différences spatiales entre les couronnes périurbaines françaises et à identifier l’impact de ces différences sur le coût de desserte des couronnes par les transports collectifs. Portant sur une centaine de couronnes périurbaines, l’étude de morphologie et de la granulométrie des ilots périurbains permet de classifier différents types de formes périurbaines et d’analyser leur répartition sur le territoire. Le croisement de cette typologie avec les coûts de desserte (selon différents scénarios) permet de mettre en évidence les formes de périurbanisation les plus « vertueuses » en matière de desservabilité La comparaison des différents scénarios de desserte permet d’identifier les organisations de réseaux les plus efficaces. Visant à ajouter une dimension « pratiques de mobilité » et « bonnes pratiques d’aménagement » à ces premiers résultats, la thèse propose une étude de cas sur l’aire urbaine de Montpellier. Cette partie ouvre la réflexion sur les pratiques de mobilité des périurbains en lien avec l’émergence de pôles secondaires à l’extérieur des villes-centres. Une certaine autonomie du périurbain est alors la mise en évidence. Face à cette dilution des centralités, l’articulation entre réseaux urbains et interurbains apparait nécessaire de favoriser l’accessibilité aux ressources humaines éclatées dans l’ensemble de l’agglomération. La synthèse de ces réflexions permet alors d’esquisser un nouveau mode de transport, adapté aux espaces périurbains, aux besoins des habitants et aux évolutions des territoires agglomérés : la Car à Haut Niveau de Service.

  • Titre traduit

    Low density areas and road-based public transports : when networks have to deal with territories


  • Résumé

    This Ph.D aims to show that french periurban areas are different each other : morphology and size of settlements differs according to which part of the country the city is in. A georgraphy of French periurban areas is proposed. Then the author compares periurban patterns with public transport costs that serve theses areas (using theoretical networks created for this work). It allows showing how some periurban patterns may be easier to serve with public transports than others. In a second time a case study is proposed for the agglomeration of Montpellier. This case study gives clues to understand new mobility patters in low density areas and the emergence of polarities outside of the historical city. These new urban dynamics highlights the need of a better organization between public transports and intercity public transportation : in fact networks have to adapted to maintain accessibility to urban amenities. These elements lead to adapt the concept of BRT to low densities areas.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.