Que veut mon enfant ? : La nécessaire fonction subjectivante de l'énigme pour la mère

par Nathalie Vesely-Lesourd (Vesely)

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Michel Vives.

Le président du jury était Thierry Bisson.

Le jury était composé de Jean-Michel Vives, Thierry Bisson, Michèle Benhaïm, Alain Vanier, Laurence Gavarini.

Les rapporteurs étaient Michèle Benhaïm, Alain Vanier.


  • Résumé

    A partir de la clinique de l’enfant et de la mère dans les lieux d’accueil de la petite enfance il s’agit de montrer qu’il existe dans le positionnement maternel, un point de structure relatif à l’énigme, celle que le désir de l’enfant constitue pour la mère, qui est nécessaire pour ouvrir le champ dans lequel la subjectivité de l’enfant pourra se construire. En reprenant la construction subjective de l’enfant dans son lien à la mère nous montrons que lorsque l’énigme qu’est l’enfant pour la mère vient à être empêchée par le savoir scientifique ou névrotique de la mère, la construction subjective de l’enfant se trouve entravée.Nous examinons ensuite les conditions du savoir social sur les pratiques maternantes pour montrer qu’à la différence des temps « anciens » qui reposaient sur le mythe, toujours énigmatique, pour rendre compte des rapports sociaux et donc éducatifs, les temps actuels reposent sur une croyance au savoir scientifique qui évacue la question de l’énigme au profit de la réponse. Les pratiques éducatives prises dans cette croyance au savoir « bien faire » viennent mettre à mal la place vide que réserve l’énigme et dans laquelle l’enfant peut venir développer sa subjectivité, laissant ainsi au-devant de la scène clinique ces psychopathologies modernes que sont les « dys » et les troubles du développement. C’est alors dans la rencontre avec le clinicien que l’enfant pourra retrouver sa nécessaire position d’énigme, qui ouvre à une rencontre avec un regard qui l’unifie, au lieu de le figer, et qui ainsi lui réouvre la dimension de l’amour toujours énigmatique.

  • Titre traduit

    What want my child ? : The required function of the enigma subjectifying for mother


  • Résumé

    From the clinic with child and mother in early childhood reception areas, we demonstrate that exist in mother attitude in front of her child, a point of structure about enigma, desire of the child for the mother. This enigma is required to open the field in which the subjectivity of the child can grown. By resuming the construction subjective of the child in its relationship with the mother we show that when the enigma, that is the child for the mother, comes to be prevented by scientific or neurotic knowledge of the mother, construction of subjective child is hampered.Then we examine the conditions for social knowledge about mothering practices to show that unlike the "old" time that are relied on the myth, always enigmatic, to account for the social and educational relations, current time based on a belief to scientific knowledge which removes the issue of the puzzle for the benefit of the response. Educational practices taken in this belief to knowledge "get it" just to undermine the empty place that reserves the enigma and in which children can come to develop their subjectivity, leaving in front of the clinic stage that these modern psychopathology are the "dys" and developmental disorders. It is then in the meeting with the clinician that the child will need to regain its position enigma, opening a meeting with a look that unifies, rather than freeze, and thus opens his size love always enigmatic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.