Écriture "poéthique" et cancer : un modèle psychanalytique

par Ivanka Ezhova

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jacques Cabassut.

Soutenue le 19-09-2015

à Nice , dans le cadre de École doctorale Lettres, sciences humaines et sociales (Nice) , en partenariat avec Laboratoire LIRCES-EA 3159 (Nice) (laboratoire) .

Le président du jury était Mohammed Ham.

Le jury était composé de Jacques Cabassut, Mohammed Ham, Alain Abelhauser, Sidi Askofaré.

Les rapporteurs étaient Alain Abelhauser, Sidi Askofaré.


  • Résumé

    Cette thèse de psychologie clinique expose la problématique de la rencontre avec le cancer, en tant que « mauvaise rencontre » avec le réel de la maladie et de la mort. D’une part, cette rencontre a la particularité de ne pas être symbolisée. Elle relève de l’impossible et de l’impensable. D’autre part, elle est l’occasion de réactualisations de traumatismes non subjectivés, qui font retour de façon effractive dans le vif de l’expérience du sujet. L’objectif de notre recherche est de tenter de répondre à la question suivante : que peut faire le psychologue, à partir de sa place de clinicien, afin de permettre au patient d’approcher de façon non effractive la rencontre impossible et impensable du réel ?En guise de tentative de réponse, nous développâmes un modèle singulier et particulier, que nous appelâmes « écriture poéthique ». S’inspirant des enseignements lacaniens sur la poétique du sujet et le désir de l’analyste, ce modèle essaya de démontrer qu’il est possible d’a-border le réel avec le pouvoir de l’écriture, une « écriture poéthique » prise dans un lien transférentiel de trois niveaux intriqués : [i] lien transférentiel clinicien-patient, [ii] lien transférentiel clinicien-recherche, [iii] lien transférentiel patient-« écriture poéthique ».Ce modèle nous montra également qu’il n’existe pas de dissociation entre clinique et recherche à partir du moment où nous nous plaçons du côté du sujet de l’inconscient et du travail psychanalytique.

  • Titre traduit

    « Poethic writing » and cancer : a psychoanalytical model


  • Résumé

    This thesis aims to demonstrate how to deal with « unpleasant encounter » with the « Real of cancer and death ». First of all, the « unpleasant encounter » has the distinction of not being symbolized. Therefore, it is impossible and somewhat unthinkable event in patient’s life. Secondly, it brings up to date non-symbolized traumas that come back to patient in an invasive manner.The author attempts to answer this question : is there a psychological method that allows a non-invasive approach to the « Real of cancer and death » ?The author addressed this question by developing a singular and particular psychoanalytical model, described as « poethic writing ». This model was inspired by Jacques Lacan’s concepts of poetic subject and the analyst’s desire, as well as Sigmund Freud’s theory of unconscious mind. This demonstrated that it is possible to border the « Real of cancer and death » using the power of « poethic writing », taken in three levels : [i] transference patient with clinical psychologist, [ii] transference clinical psychologist with research, [iii] transference patient with « poethic writing ». This model also showed that the clinical work and research can not be dissociated when we discuss about psychoanalysis, subject, unconscious and the « Real of cancer and death ».

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.