Les matières colorantes au sein des systèmes techniques et symboliques au Néolithique (VIe et Ve millénaires BCE) dans l'arc liguro-provençal

par Jean-Victor Pradeau

Thèse de doctorat en Anthropologie

Sous la direction de Martine Regert.

Soutenue le 22-06-2015

à Nice , dans le cadre de École doctorale Lettres, sciences humaines et sociales (Nice) , en partenariat avec Centre d'études Préhistoire, Antiquité, Moyen âge (Sophia-Antipolis, Alpes-Maritimes) (laboratoire) et de Culture et Environnements- Préhistoire- Antiquité- Moyen-Age / CEPAM (laboratoire) .

Le président du jury était Ludovic Bellot-Gurlet.

Le jury était composé de Didier Binder, Jean-Marc Lardeaux, Stéphan Dubernet.

Les rapporteurs étaient Paolo Piccardo, Jean Vaquer.


  • Résumé

    Ce travail a été entrepris dans le but de déterminer les chaînes opératoires des matières colorantes néolithiques et de les intégrer dans une dynamique chrono-culturelle, à partir de deux sites-clés de l’arc liguro-provençal : Castellar – Pendimoun (5750-4900 cal. BCE) et Nice – Giribaldi (4550-4050 cal. BCE).L’étude technoéconomique montre des situations contrastées. Pendimoun voit, tout au long du VIe millénaire BCE, l’exploitation de trois roches locales aux caractéristiques physico-chimiques variées, traitées selon des schémas simples similaires pour fournir des produits adaptés à tous les besoins : hématite ou goethite, en quantité pour un usage technique ou de granulométrie fine pour exploiter les propriétés colorantes. Giribaldi est le siège d’une gestion dichotomique, où des matières colorantes locales préparées comme à Pendimoun, côtoient des matières exogènes, traitées à travers des actions spécifiques adaptées à leur cohérence.Enfin, de nombreux aspects symboliques ont été mis en évidence et caractérisés. Un bloc calcaire est sculpté et peint pour représenter un visage, selon une tradition peut-être héritée de pratiques proche-orientales. La teinte rouge est associée à la sphère funéraire. La coloration de productions céramiques techniquement très investies et vraisemblablement dédiées à des pratiques sociales particulières est aussi observée ; cette coloration est appliquée par incrustation de poudre durant les VBQ à Pendimoun et par peintures rouges ou noires et par incrustations blanches au Chasséen ancien à Giribaldi.

  • Titre traduit

    Colouring materials in technical and symbolical systems during Neolithic in Liguro-provençal area


  • Résumé

    The aim of this research was to determine the “chaînes opératoires” of colouring materials in the north-western Mediterranean region during the Early and Middle Neolithic and to integrate them in chrono-cultural framework. Two major archaeological sites were selected: Castellar – Pendimoun rock-shelter (5750-4900 cal. BCE) and Nice – Giribaldi, an open-air site (4550-4050 cal. BCE).The techno-economic analysis reveals contrasting situations. At Pendimoun, three local colouring materials, presenting various physic-chemical properties, were used during the VI millennium BCE. They were processed identically according to simple schemes in order to provide a wide range of products: goethite or hematite, in quantities for utilitarian needs or in fine powder for colouring purposes.Giribaldi witnessed a dichotomous management. Some local geomaterials were crafted such as the ones in Pendimoun but exogenous rocks were also specifically processed depending on their cohesion. Furthermore, this overview is not diachronically uniform as bauxites progressively replaced other raw materials in Early Chassey stages.Last, several symbolical aspects have been highlighted and characterized. A calcareous block was carved and painted in red- and yellowed to portray an anthropomorphic “mask”. The colour red is associated with funeral activities. Starting at the SMP phases, the main use of color is aimed at the coloring of ceramics, the latter probably dedicated to specific social activities as suggested by the technical investment involved: red powder incrustation in ceramic (Pendimoun) and then by white powder incrustation in engraved decor, black and red painting (Giribaldi).


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.