Le sujet du dehors : paysages sémantiques, corps de la nature et physique de la parole chez Jacques Dupin et John Montague

par Jean-Philippe Gagnon

Thèse de doctorat en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Patrick Quillier et de Pierre Ouellet.

Soutenue le 01-06-2015

à Nice en cotutelle avec l'Université du Québec à Montréal , dans le cadre de École doctorale Lettres, sciences humaines et sociales (Nice ; ...-2016) , en partenariat avec Centre transdisciplinaire d’épistémologie de la littérature et des arts vivants (Nice) (laboratoire) et de Centre Transdisciplinaire d'Épistémologie de la Littérature / CTEL (laboratoire) .

Le président du jury était Philippe Marty.

Le jury était composé de Denise Brassard, Valéry Hugotte, Marie-Noëlle Zeender.

Les rapporteurs étaient Philippe Marty.


  • Résumé

    Dans ses Cahiers, Valéry témoigne d’un transformation du statut de la subjectivité : « L’homme est un animal enfermé à l’extérieur de sa cage. Il s’agite hors de soi. » Annoncée par les romantiques et les symbolistes qui assistèrent à l’éclosion de l’idée poétique à la jonction des matières du corps, de l’univers et du langage, cette nouvelle topologie fut assumée par les poètes qui lui ont succédé. Dès l’aube des années soixante, Jacques Dupin et John Montague ont exploré le sujet du dehors en nouant des rapports inédits entre l’intériorité, le corps, le langage et le monde. Investiguant les paysages sémantiques, le corps de la nature et la physique de la parole, cette thèse en élucide la transitivité en étudiant le rôle joué par l’épreuve charnelle dans la redéfinition de la subjectivité poétique et de la nature, soumis à des processus d’extériorisation et d’intériorisation qui révèlent une conscience incarnée et un dehors sémiotique. Tout en démontrant l’universalité de cette porosité, elle compare des manières singulières d’habiter le monde, appréciées au cœur des enjeux formels de la réévaluation du sensible. Plus généralement, la densification du verbe et l’initiative sémiotique conférée aux qualités sensibles de langages informés par les modalités physiques du discours sont analysées pour dégager les propriétés d’une parole naturelle. Pour rendre compte du poème incarné comme expérience de l’être-au-monde, la phénoménologie est relayée par la poétique, la sémiotique et l’acroamatique qui illustrent un décloisonnement analogue du sujet dans le régime linguistique et révèlent un sujet voué à son énonciation sauvage au même titre qu’à l’altérité des perceptions.

  • Titre traduit

    The external subjectivity : semantic landscapes, body of nature and physics of speech in the poetry of Jacques Dupin and John Montague


  • Résumé

    In his Cahiers, Valéry reflects a transformation of the status of subjectivity : "Man is an animal locked outside of his cage. It stirs outside itself." Prefigured by the Romantics and Symbolists which witnessed the birth of poetic ideas at the junction of the materiality of the body, of the universe and of language, this new topology was carried by poets who followed him. Since the late fifties, Jacques Dupin and John Montague have explored this external subjectivity, expressing new relations between interiority, the body, the language and landscapes. Investigating the semantic landscapes, the body of nature and the physics of speech, this thesis elucidates their transitivity, by studying the role played by the fleshly experience in the redefinition of poetic subjectivity and Nature, submitted to process of externalization and internalization that disclose an embodiement of consciousness and a semiotic exteriority. While demonstrating the universality of this porosity, it compares unique ways of inhabiting the world, appreciated at the heart of the aesthetic formal issues inherent to the reevaluation of sensory experience. Generally, the densification of the verb and the semiotic initiative conferred to the sensitive qualities of languages informed by the physical modalities of speech are analyzed to underline the properties of a natural speech. To study poetry of incarnation as an experience of the being-in-the-world, phenomenology is relayed by poetics, semiotics and acroamatics, wich illustrate a similar decompartmentalization of subjectivity in the element of speech, and reveal a subject doomed to a wild utterance, in the same way as to the alterity of perceptions.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.