La culture nationale, déterminant fondamental des décisions de gestion conduisant au surinvestissement en immobilisations

par Zoltan Horvath

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Eric Molay.

Soutenue le 02-10-2015

à Nice , dans le cadre de École doctorale Droit Et Sciences politiques, Économiques et de Gestion (Nice) , en partenariat avec Groupe de recherche en management (Nice) (laboratoire) et de GRM (laboratoire) .

Le président du jury était Bernard Olivero.

Le jury était composé de Eric Molay, Bernard Olivero, Bassem Kamar, Éric Séverin, Damyana Bakardzhieva, Istvan Magas.

Les rapporteurs étaient Bassem Kamar, Éric Séverin.


  • Résumé

    Deux types de motivations ont été identifié liées au comportement de surinvestissement : le conflit d’agence (Jensen, 1986) et la surconfiance (Heaton, 2002). Si la littérature sur le lien entre surconfiance et surinvestissement examine une de ces motivations, au sujet de surinvestissement liées au problème d’agence, la littérature existante se concentre sur les caractéristiques financières des entreprises et mécanismes de contrôle pour expliquer le phénomène. Cependant, ces facteurs n’influencent l’acte de surinvestir qu’indirectement, via l’opportunité de surinvestir. En nous appuyant sur la littérature, nous pouvons établir que la culture influence l’opportunité de surinvestir selon l’environnement institutionnel dans lequel s’inscrit l’entreprise et certaines techniques utilisées pour atténuer le surinvestissement au niveau de l’entreprise. Nous avançons que la culture exerce une influence plus directe sur le surinvestissement, en affectant les décisions des gestionnaires de passer de l’opportunité à l’acte de surinvestir. Pour empiriquement vérifier notre proposition nous avons construit un échantillon de 1 550 sociétés surinvestisseur potentielles, qui sont cotées et ne sont pas engagé dans le secteur financier, de 36 pays pour la période comprise entre 2001 et 2011. Nous trouvons qu’un haut niveau de Masculinité et l’Évitement-Incertitude conduisent à un surinvestissement exacerbé. Nous considérons que nos résultats accroissent notre compréhension des facteurs comportementales de surinvestissement, et soutiennent dans une certaine mesure la vue que la théorie de l’agence n’est pas entièrement transférable entre les cultures.

  • Titre traduit

    National culture as a fundamental determinant of management’s decisions leading to overinvestment in capital expenditures


  • Résumé

    Two behavioral motivations have been identified for overinvestment: agency conflict (Jensen, 1986) and overconfidence (Heaton, 2002). While the literature on overconfidence and overinvestment studies one of these motivations, with regards to agency related overinvestment, extant literature tends to focus on financial characteristics and control mechanisms to explain the phenomenon. However, such factors influence the act of overinvestment only indirectly through affecting the opportunity to overinvest. Based on literature we can establish that culture influences the opportunity to overinvest through the institutional environment in which the company operates, and the cultural influence on some of the techniques used to mitigate overinvestment at the company level. We posit that culture exerts a more direct influence on overinvestment in affecting management’s decisions to move from the opportunity to the act of overinvestment in capital expenditures. To empirically verify our assertion we construct a sample of 1,550 quoted, non-financial, potential overinvestor firms from 36 countries for the period between 2001 and 2011. We find that higher masculinity and uncertainty avoidance in a culture leads to more overinvestment. We believe that our findings, besides advancing understanding of the behavioral drivers of overinvestment, lend support to those who question the cross-cultural transferability of agency theory.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.