Transferts de fonds dans les pays du Sud de la Méditerranée : une approche macroéconomique de leurs déterminants et de leurs effets

par Imad El Hamma

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Valérie Bérenger et de Lahcen Oulhaj.

Le président du jury était Claude Berthomieu.

Le jury était composé de Valérie Bérenger, Lahcen Oulhaj, Claude Berthomieu, Maurice Catin, Saïd Tounsi, Idriss El Abassi.

Les rapporteurs étaient Maurice Catin, Saïd Tounsi, Idriss El Abassi.


  • Résumé

    En adoptant une démarche macroéconomique, cette thèse étudie les déterminants et l’effet des transferts de fonds de migrants sur les économies des pays d’origine. A l’aide des données de panel relatives aux pays du Sud de la Méditerranée (PSM), elle s’intéresse plus particulièrement à étudier l’effet indirect des transferts de fonds sur le bien être et la croissance économique. Ainsi, la thèse cherche à i) étudier la réaction des transferts de fonds aux chocs macroéconomiques subits par le pays d’origine et d’accueil, ii) identifier les motivations microéconomiques et les déterminants macroéconomiques des transferts, iii) évaluer leurs effets sur les inégalités des revenus, la pauvreté et la croissance économique. Les résultats montrent que les transferts de fonds sont contracycliques pour l’Algérie et l’Egypte, et procycliques pour la Tunisie et le Maroc. Par rapport au cycle d’affaires des pays d’accueil, les transferts de fonds sont procycliques, à l’exception de l’Algérie. Ils révèlent également que les envois de fonds à destination des PSM sont motivés par l’altruisme. Enfin, les transferts de fonds n’ont aucun impact direct sur les inégalités de revenu. En revanche, l’effet est indirect et conditionné par le milieu socioéconomique de l’émigré et de sa famille. Quant à la pauvreté, les transferts de fonds diminuent la pauvreté, et permettent à certaines couches défavorisées de la population de ne pas y sombrer. Les estimations montrent que les transferts de fonds et le système financier sont complémentaires, et que les envois de fonds stimulent la croissance dans les pays disposant d’un système financier suffisamment développé.

  • Titre traduit

    Remittances on the Southern Mediterranean countries : a macroeconomic approach of their determinants and effects


  • Résumé

    This Ph-D studies the impact of migrants’ remittances on recipient economies using a macroeconomic approach. More specifically, it deals with the indirect effects of remittances on the economic growth of the migrants’ home countries on the basis of data from the Southern Mediterranean countries (SMC). This Ph-D will try to i) investigate the quantitative and qualitative effects of remittances, ii) identify the microeconomic and macroeconomic determinants of remittances, iii) investigate their effects on inequality, poverty and growth. Our results suggest that remittances are countercyclical in Algeria and Egypt, and procyclical in Morocco and Tunisia regarding the business cycle of the countries of origin. However, except for Algeria, remittances are procyclical regarding the business cycle of the migrants’ host country. Moreover, empirical findings show that altruism is the most important motivation behind remittances in SMC. Furthermore, our results indicate that remittances indirectly reduce inequality and poverty in the migrants’ home societies. This effect on poverty gains further importance when the recipient countries suffer from external chocks. Finally, this thesis shows that remittances can promote growth in countries with more efficient financial systems.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-12-2017

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.