Des dernières sociétés néolithiques aux premières sociétés métallurgiques : productions lithiques du quart nord-ouest de la France (IIIe-IIe millénaires av. notre ère)

par Lolita Rousseau

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Serge Cassen et de Jean-Noël Guyodo.


  • Résumé

    This thesis focuses on the lithic productions of the transition from Prehistory to Protohistory. Lithic industry has most commonly been studied by prehistorians, however as Protohistory is not their specific period, these productions have been disregarded for long by researchers, due to their ambivalence. Consequently, it was thought that these productions had stopped at the dawn of the Metal age. Nowadays, if the use of stone during the Bronze Age tends to be admitted, many gaps were attested in the north-west quarter of France. That is why we choose this geographical area. This work is based on an analysis of raw materials, on typo-technological studies of around twenty lithic series, as well as bibliographic data from 571 archaeological entities collected within a database. Three main objectives were achieved. The first one being to understand the modalities of acquisition and management of the resources. The impact of geological and geomorphological environment on techno-economic choice of different human groups was also taken into account. The second objective permitted us to characterize manufacturing and consumption economies of the artifacts. It allowed us to identify some of the activities practiced on sites, thus enhancing our knowledge regarding the lifestyles of these populations. The last objective helped us to understand the progressive marginalization of lithic productions during the Metal age thus providing answers about this phenomenon.


  • Résumé

    Cette thèse porte sur les assemblages lithiques d’une période charnière qu’est le passage de la Préhistoire à la Protohistoire. Sujet d’étude privilégié des préhistoriens, mais correspondant ici à une période qui n’est a priori pas la leur, ces productions ont longtemps été délaissées par les chercheurs en raison de leur ambivalence. Cela a pu laisser penser qu’elles auraient cessé d’être produites à l’aube de la métallurgie. Si l’on commence aujourd’hui à admettre une utilisation de la pierre à l’âge du Bronze, de nombreuses lacunes étaient, jusqu’alors, attestées dans le quart nord-ouest de la France. Ce travail a été fondé sur une analyse des matières premières et des gisements associés, sur des études typo-technologiques d’une vingtaine de séries lithiques, ainsi que sur les données bibliographiques issues d’un corpus totalisant 571 entités archéologiques rassemblées dans une base de données. Cela a permis de traiter trois objectifs principaux. Le premier a consisté à saisir les modalités d’acquisition et de gestion des ressources, tout en prenant en compte l’impact de l’environnement géologique et géomorphologique sur les choix technoéconomiques des différents groupes humains. Le deuxième a permis de caractériser les économies de fabrication et de consommation des objets, afin de cerner une partie des activités pratiquées sur les sites, et ainsi compléter nos connaissances sur les modes de vie de ces populations. Enfin, le troisième objectif a permis d’aborder la marginalisation progressive des productions lithiques au cours de l’âge des métaux tout en proposant des éléments de réponse quant à ce phénomène.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (509 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 443-495. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 15 NANT 3018
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.