Mudéjars et production en aljamia (XVe siècle)

par Alice Kadri

Thèse de doctorat en Histoire médiévale


  • Résumé

    The manuscript 1880 from The Escorial Library has not passed unacknowledged by the specialists in Aljamiado manuscripts (manuscripts written in old Spanish with Arabic characters), thanks to beauty of the colourful pages, a good state of preservation and most of all, its texts in verse, it was able to attract their attention. Nevertheless, this manuscript had hitherto been the object of partial studies. The aim of this thesis is to study in depth this peculiar manuscript, offering a new perspective on the Muslim population that lived under Christian ruling in the north of the Iberian Peninsula. First and foremost we demonstrate that its attribution to the Morisco period was erroneous and founded upon historiographical prejudice as well as reading mistakes. On the miscellany, we went upstream the Arabicsources and their Aljamiado versions to delimit those of our manuscript and elucidate the course of transmission ; then, we demonstrate that the ensemble contains ritual texts intended to be read by the imām to the Muslim congregation in Ágreda. Lastly, a new editing of the miscellany of Ágreda is proposed, together with plentiful review materials. Summarising, this historic and pragmatic approach to the manuscript allows to cast a fresh light onto the authors of aljamiado manuscripts and shed some on the mindset and cultural practices of a religious minority that was nonetheless well established in the society by the end of the Middle Ages.


  • Résumé

    Le manuscrit 1880 de la Bibliothèque de l’Escorial n’est pas un inconnu pour les spécialistes des manuscrits aljamiados (manuscrits écrits en langue espagnole au moyen de l’alphabet arabe), car la jolie copie en couleurs, son bon état de conservation et surtout le fait qu’il contienne des textes en vers avaient su attirer l’attention. Pourtant, ce manuscrit n’a fait l’objet que d’études très lacunaires. Notre thèse se propose donc d’étudier en profondeur ce manuscrit très singulier, qui offre une nouvelle perspective sur les populations musulmanes qui vivaient sur les territoires chrétiens du nord de la péninsule Ibérique. On y démontre tout d’abord que sa traditionnelle attribution à l’époque morisque était erronée, et se fondait tant sur un préjugé historiographique que sur des erreurs de lecture. On s’est ensuite penchée sur le recueil, en recherchant pour chaque texte ses sources arabes et ses variantes aljamiadas afin de situer les versions de notre manuscrit et d’élucider les processus de transmission ; puis l’on a démontre que ce recueil regroupe des textes de cérémonie destinés à être lus par l’imām à la communauté musulmane d’Ágreda. Enfin, on a édité les textes du recueil d’Ágreda, en les accompagnant d’un abondant matériel critique. En définitive, l’approche pragmatique et historique de ce manuscrit permet d’éclairer d’une lumière nouvelle les auteurs de manuscrits aljamiados, et de révéler les mentalités et les pratiques culturelles d’une population religieuse minoritaire mais néanmoins bien établie dans la société à la fin du Moyen Âge.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (351, 372 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 341-370. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 15 NANT 3016
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.