Pratiques sociales, rituels et événements festifs au Bénin : de la patrimonialisation au développement du territoire

par Paul Akogni

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Guy Saupin.


  • Résumé

    This thesis focuses on the setting in heritage of social, ritual and festive practices in Benin from the point of view of the development of the territory. These practices concern the intangible cultural heritage. Their relation with the people’s identity and territory makes of it the main ressource of any dynamics that can propel the development of the studied communities. The analyses made here leave the professional situation of the author who intends to contribute to the development of Benin starting from its social and cultural wealths. Exploiting writings and local investigations of whose oral testimonies, the analyses establish the patrimoniality of Gaani and the oral heritage Gϵlϵdϵ but reveal the absence of policies favorable to their setting in heritage. It is the same situation with salt production around Ouidah, with initiatory rites otammari and funeral rituals in ajalϵ land. Through a multi-field approach, and taking as a starting point the experiences observed elsewhere and the local potentialities, the thesis analyzes the problems of installation of a framework and an action field in which are settled the roles of State, local government agencies, local populations and private partners without forgetting international cooperation programs. Then it contributes first to learn better about the history of the people and secondly to implement critical and constructive proposals in sight with the reinforcement of the links of sociability and socio-economic emergence of Benin starting from its cultural heritage.

  • Titre traduit

    Social practices rituals and traditional events : protect and valorize cultural heritage to put up development of the territory


  • Résumé

    Cette thèse porte sur la patrimonialisation de pratiques sociales, rituelles et festives au Bénin dans la perspective du développement du territoire. Ces pratiques relèvent du patrimoine culturel immatériel ; leur rapport à l’identité et au territoire des peuples en fait l’essence de toute dynamique susceptible de propulser le développement des communautés étudiées. Les analyses faites ici partent de la situation professionnelle de l’auteur qui entend contribuer au développement du Bénin à partir de ses richesses sociales et culturelles. Exploitant des écrits et des enquêtes de terrain dont les témoignages oraux, les analyses établissent la patrimonialité de la Gaani et du genre oral Gϵlϵdϵ mais révèlent l’absence de politiques favorables à leur mise en patrimoine. Il en est de même de la saliculture au large de Ouidah, des rites initiatiques otammari et des rituels funéraires en pays ajalϵ. Dans une approche pluridisciplinaire, et s’inspirant des expériences observées ailleurs et des potentialités locales, la thèse analyse la problématique de mise en place d’un cadre et d’un programme d’actions dans lesquels sont redéfinis les rôles de l’Etat, des collectivités locales, des populations à la base et des partenaires privés sans oublier les programmes de coopération internationale. Elle contribue de ce fait à une meilleure connaissance de l’histoire des peuples et à la mise en oeuvre de propositions critiques et constructives en vue au renforcement des liens de sociabilité et de l’émergence socioéconomique du Bénin à partir de son patrimoine culturel.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (417 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 385-402. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.