Les ancres à jas de la façade atlantique maritime française de l'Antiquité au milieu du XXe siècle

par Marine Sadania

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Martial Monteil et de Éric Rieth.


  • Résumé

    Stock anchors are the first technologically advanced anchors. We can trace them back to the 7th century BC when they appeared in a Mediterranean context all the way to the mid-20th century. This thesis firstly draws up an inventory of stock anchors discovered on the French Atlantic coastline (from the Cotentin region to the Basque Country) through a diachronic approach (from the Roman era to the mid-20th century). This corpus is a basis for deeper analyses and helps to put together a methodology of study. Stock anchors are a chronological and cultural benchmark as they are omnipresent on submerged archaeological sites (in any time periods). Dating them has however always been unclear. The main goal of this thesis is to put together a chrono-typology by cross-referencing archaeological sources along with written and pictorial documents. Furthermore, to understand stock anchors even better, this thesis elaborates an investigation on their shapes, features, technology, proportions and manufacturing - which also contributes to a better understanding of underwater archaeological sites. Stock anchors, considered as the key part of a ship, have always been in the centre of attention and part of an unceasing search for efficiency. The study of their technological advancement adds to the existing body of knowledge of economic and industrial history. They portray transfers of competencies between various maritime powers. This scientific study promotes and contributes to the protection of this small heritage. In short, stock anchors tell maritime history in a different way.


  • Résumé

    Les ancres à jas correspondent aux premières ancres technologiquement évoluées : elles apparaissent dans le courant du VIIe siècle av. J. -C. Dans un contexte méditerranéen et perdurent jusqu’au milieu du XXe siècle. Cette thèse dresse, en premier lieu et de manière diachronique — de l’époque romaine au milieu du XXe siècle —, un inventaire des ancres à jas découvertes sur la façade atlantique française. Ce corpus sert de socle à la mise en place d’une méthodologie d’étude adaptée puis à une analyse approfondie. Omniprésentes sur les sites archéologiques sous-marins – toutes périodes confondues –, les ancres constituent un marqueur chronologique et culturel, mais leur datation restait jusqu’à présent très imprécise. L’objectif principal de cette thèse est donc d’élaborer une chrono-typologie en croisant les sources archéologiques, textuelles et iconographiques. Une enquête sur leur forme, leur spécificité, leur technologie, leur proportion et leur fabrication permet en outre de mieux comprendre et interpréter cet objet, permettant ainsi d’améliorer l’étude des gisements sous-marins. Les ancres, pièces maîtresses des navires, ont de tous temps bénéficié d’une attention particulière et d’une recherche incessante d’efficacité. L’étude de leur évolution relève ainsi de l’histoire et de l’archéologie des techniques mais aussi de l’histoire économique et industrielle mettant en avant, notamment, des transferts de compétences entre les diverses puissances maritimes. Il s’agit aussi, au travers de cette étude scientifique, de contribuer à la valorisation et à la protection de ce petit patrimoine. Les ancres permettent, en fin de compte, de raconter l’histoire maritime autrement.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (799, 317 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 763-780. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 15 NANT 3010
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.