Construction nationale et néo-ritualisation : analyse anthropologique de la célébration du nouvel an kurde (Newroz)

par Caroline Wallis

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Alain Babadzan.

Le président du jury était Hamit Bozarslan.

Le jury était composé de Dorothée Schmid, Olivier Grojean.

Les rapporteurs étaient Geneviève Zoïa.


  • Résumé

    Construction nationale et néo-ritualisation : analyse anthropologique de la célébration du nouvel an kurde (Newroz).Cette étude traite de la transformation progressive des représentations, des croyances et despratiques associées à la célébration du nouvel an Newroz par le mouvement national kurde enTurquie. La recherche aborde Newroz comme une tradition inventée et explore les fonctionsde cette forme de néo-ritualisation dans la construction de l'identification collective à lanation kurde.La première partie situe l'intégration de cette fête aux origines zoroastriennes dans lerépertoire symbolique du nationalisme ethno-culturel kurde et décrit les fonctions qu'elleassure dans le contexte de recomposition des frontières étatiques du Moyen-Orient post-ottoman. Dans un deuxième temps, la recherche se concentre sur les réaménagementssymboliques subis par la tradition Newroz, suite à l'adoption d'une idéologie marxiste parcertaines factions du mouvement national kurde à partir des années 60. La recherche estcentrée d'une part sur la modification des représentations et croyances associées au nouvel anet d'autre part sur la modification des pratiques associées à sa célébration dans la décennie 90,désormais arènes d'affrontements violents avec les forces de l'ordre. L'étude se concentreensuite sur l'institutionnalisation de la tradition Newroz par deux nationalismes concurrents.Dans un premier temps, la recherche aborde la réintégration de la tradition inventée,désormais orthographiée Nevruz, dans le répertoire symbolique du nationalisme turc endétaillant les fonctions inédites de la tradition (ré) inventée dans ce nouveau contexte. Dansun deuxième temps, la recherche explore les politiques culturelles actuellement menées parles élus du parti pro-kurde légal détenant le pouvoir municipal dans le sud-est de la Turquie etpropose une analyse anthropologique de la célébration contemporaine du nouvel an par lemouvement national kurde en Turquie.L'intérêt théorique principal de cette étude est de reposer la question de la rigidité destraditions inventées en montrant comment une tradition a été soumise à des réaménagementssymboliques au sein d'un mouvement national particulier et en abordant les modalités de sontransfert dans le répertoire symbolique d'un nationalisme concurrent.Mots cléfs : invention de la tradition, néo-ritualisation, nationalisme, identificationscollectives, mobilisation ethno-culturelle kurde en Turquie.

  • Titre traduit

    Nation building and neo-ritualisation : an anthropological analysis of the celebration of the Kurdish New Year (Newroz)


  • Résumé

    National construction and neo-ritualization: anthropological analysis of the celebration of the Kurdish New Year (Newroz). This study deals with the gradual transformation of representations, beliefs and practices associated with celebration of New Year Newroz by the national Kurdish movement in Turkey. The research looks at Newroz as an invented tradition and explores the functions of this form of neo-ritualization in the construction of collective identifications with the Kurdish nation.Part 1 positions the integration of this festival with Zoroastrian origins in the symbolic repertoire of Kurdish ethno-cultural nationalism and describes the functions it performs in the context of the recomposition of state frontiers in the post-Ottoman Middle East. In the second part, the research focuses on the symbolic redevelopments undergone by the Newroz tradition after adoption of a Marxist ideology by certain factions of the Kurdish national movement starting in the 1960s. The research centres on the one hand on modification of the representations and beliefs associated with the New Year and, on the other, on the modification in practices associated with its celebration in the 1990s, from which point it became the arena of violent clashes with the security forces. The study then focuses on institutionalisation of the Newroz tradition by two competing nationalisms. The research initially focuses on the reintegration of the invented tradition, now written Nevruz, in the symbolic repertoire of Turkish nationalism, by detailing the unprecedented functions of the (re)invented tradition in this new context. In a second phase, the research explores the cultural policies currently implemented by elected members of the legal pro-Kurdish party holding municipal power in the south-east of Turkey and proposes an anthropological analysis of the contemporary New Year celebration by the national Kurdish movement in Turkey.The main theoretical interest of this study is that it resituates the question of the rigidity of invented traditions by showing how a tradition was subjected to symbolic redevelopments within a particular national movement and exploring the ways in which it was transferred into the symbolic repertoire of a competing nationalism.Key words : invention of tradition, neo-ritualization, nationalism, collective identifications, Kurdish ethno-cultural mobilisation in Turkey.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.