La France au miroir de l'Angleterre : poétiques de l'hybridation dans le théâtre français (1590-1640)

par Alban Déléris

Thèse de doctorat en Littérature française, comparée et musicologie : spécialité littérature française.

Soutenue le 03-06-2015

à Montpellier 3 en cotutelle avec Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec Institut de recherche sur la Renaissance- l'Age Classique- et les Lumières. / IRCL (laboratoire) .


  • Résumé

    La France entretient avec son voisin anglais, entre le milieu du XVIe siècle et le début des années 1640, deséchanges constants, tant d’un point de vue politique que culturel. Malgré les troubles religieux et les guerres qui agitentl’Europe occidentale durant cette période, en dépit également des barrières linguistiques, un grand nombre devoyageurs, de diplomates, d’intellectuels et d’écrivains n’hésitent pas à traverser les frontières. Ces passeurs quittent laFrance pour se rendre de l’autre côté de la Manche : ils y apprennent éventuellement la langue anglaise, effectuent desmissions diverses et surtout ils se font les acteurs de la relation culturelle entre les deux pays. Imprimés et traductions detextes religieux, scientifiques ou littéraires, mais aussi troupes théâtrales circulent ainsi de l’Angleterre vers la France,empruntant parfois des détours inattendus. L’étude s’attache dans un premier temps à passer en revue ces différentstypes de contacts et de transferts culturels, en particulier en ce qui concerne l’influence de la littérature anglaise sur lethéâtre français.Cette influence se manifeste par ailleurs à travers des conceptions et des pratiques hybrides du théâtre.Poétiques du mélange, du métissage et de l’hybridation formelle et générique sont caractéristiques du théâtre anglais dela période élisabéthaine et jacobéenne. Des auteurs comme Marlowe, Greene, Shakespeare ou Webster expérimentent eneffet des formules dramatiques qui invitent à reconsidérer et relativiser les catégories poétiques traditionnelles. Si latragédie, la comédie ou la tragi-comédie ne sont pas absentes en tant que dénominations génériques, elles sont lessupports et les instruments de combinaisons et de mélanges multiples et variés. Ce faisant, les différentes modalités dumélange et de l’hybridation dans le théâtre anglais permettent de jeter un regard différent sur la production dramatiqueen France entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle. En effet, les pièces composées pendant cette périodelongtemps méconnue du théâtre français, attestent d’une hybridité aussi marquée que celle des pièces anglaises, et ellestémoignent de la grande diversité des formes et des genres dramatiques. Ce théâtre, qui ne se conforme pas encore auxcatégories critiques et aux principes dramatiques formulés par les théoriciens et commentateurs d’Aristote, secaractérise par son irrégularité, la porosité de ses catégories génériques et par un souci de s’adapter aux contraintes de lavie théâtrale.L’étude s’attache dans un dernier temps à poser les prémisses d’une analyse plus approfondie des liensorganiques entre le théâtre médiéval et populaire et le théâtre français à l’aube du XVIIe siècle. Ainsi, ce que nousappelons « théâtre monstre », parce qu’il a partie liée avec la figure politique, symbolique et esthétique du monstre etses différentes déclinaisons, nous permet de rapprocher, en France et en Angleterre, des pièces qui se caractérisent parleur a-normalité, leur ludisme et leur métathéâtralité, loin de la tradition aristotélicienne et de ses contraintes. Noussommes amené ainsi à considérer le théâtre français selon sa diversité géographique et linguistique, ainsi que du pointde vue de ses continuités historiques.

  • Titre traduit

    France mirroring England : poetics of hybridization in French theater (1590-1640)


  • Résumé

    France maintains with its English neighbor, between the mid-sixteenth century and the early 1640’s, constantrelationships, both political and cultural. Despite the religious troubles and the wars shaking the western Europe duringthis period, despite linguistic barriers, many travelers, diplomats, intellectuals and writers cross the frontiers. Thesecultural travelers leave France to go abroad, to the other side of the Channel : they eventually learn the Englishlanguage, carry out various missions and, above all, they become the actors of the cultural relationship between the twocountries.This influence is also evident through conceptions and hybrid practices of theater. Poetics of mixing, of formaland generic hybridizations are characteristic of the English theater during the Elizabethan and Jacobean period. Authorslike Marlowe, Greene, Shakespeare and Webster experiment new dramatic formulas that invite us to reconsider andrelativize the traditional poetic categories. Tragedy, comedy or tragicomedy are not absent as generic designations, butthey are the medias and instruments of combinations, and of multiple and various blends. Thus, the different ways ofmixing and mingling in the English theater make possible a different look at the dramatic production in France duringthe late XVIth and early 17th century. Indeed, the plays written during this long unrecognized period of the Frenchtheater, show a hybridity as marked as in the English plays and they reflect the great diversity of forms and dramaticgenres. This theater, which does not conform to the critical categories and dramatic principles formulated by theoristsand commentators of Aristotle, is characterized by its irregularity, the porosity of its generic categories and by a desireto adapt to the constraints of the theatrical life.Finally, the study focuses on the premises of a more thorough analysis of organic links between the medievaland popular theater and the French theater at the dawn of the 17th century. Thus, what we call « monster theater »,because of its bounds with the political, symbolic and aesthetic figure of the monster and its various configurations,allows us to compare, in France and England, plays that are characterized by their ab-normality, their playful dimensionand their metatheatrality, far away from the Aristotelian tradition and its constraints. In this way, we are led to considerthe French theater according to its geographical and linguistic diversity, but also from the perspective of its historicalcontinuities.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.