Agonothésie, athlothésie et chorégie à Athènes : organisation et organisateurs des concours civiques aux époques hellénistique et impériale

par Clément Sarrazanas

Thèse de doctorat en HISTOIRE spécialité Histoire ancienne

Sous la direction de Christophe Chandezon.

Le président du jury était Brigitte Le Guen-Pollet.

Le jury était composé de Christophe Chandezon, Graham John Oliver, Eric Perrin-Saminadayar.

Les rapporteurs étaient Brigitte Le Guen-Pollet, Jean-Charles Moretti.


  • Résumé

    Cette thèse étudie les modes d'organisation et de financement des concours (agônes) de la cité d'Athènes aux époques hellénistique et impériale (de ca. 320 av. J.-C. jusqu'au milieu du IIIe siècle ap. J.-C.). Elle propose un corpus rassemblant toutes les sources, majoritairement épigraphiques, systématiquement traduites et commentées (Volume I), une synthèse historique et analytique sur la question (Volume II), des annexes et illustrations (Volume III).L'étude porte d'abord sur les formules institutionnelles retenues par les Athéniens pour encadrer l'organisation des concours théâtraux, musicaux et gymniques. Elle est consacrée au premier chef à l'agonothésie, charge civique créée au début de l'époque hellénistique et qui se maintint jusque sous l'Empire. Nous avons défini et établi le domaine de compétence et d'action des agonothètes athéniens, ainsi que leurs évolutions, en étant attentif à la périodisation propre à l'histoire de cette fonction comme à celle de la cité. L'athlothésie, magistrature spécifique aux Panathénées et maintenue à l'époque hellénistique, ainsi que la chorégie, réapparue au Ier siècle ap. J.-C., moins bien attestées, font l'objet de la même enquête. Les tâches liées à ces charges, souvent sous-estimées, entraînaient en fait une implication personnelle importante de la part des titulaires.Un examen attentif de la question montre que, contrairement à l'idée généralement admise, le financement des concours ne reposaient pas exclusivement sur la générosité des agonothètes. Au moins jusqu'au début de l'époque impériale, la cité devait fournir l'essentiel des sommes nécessaires. Enfin, une étude d'histoire sociale s'intéresse à l'identité et au milieu des agonothètes, à la place de l'agonothésie dans la carrière d'un citoyen, ainsi qu'à la façon dont leurs concitoyens appréciaient l'exercice de cette charge ; elle apportait à celui qui l'exerçait une popularité certaine, et souvent l'octroi d'honneurs publics.Cette thèse offre une monographie sur l'organisation des concours athéniens pendant six siècles, ce qui permet d'apprécier ses évolutions sur le temps long, dans un espace géographique et politique cohérent. Elle montre l'importance des enjeux entourant la vie agonistique de la cité d'Athènes, qu'ils soient d'ordre institutionnel, culturel, économique ou politique.

  • Titre traduit

    Agonothesia, athlothesia and choregia in Athens : .organization and organizers of civic contests in hellenistic and imperial times


  • Résumé

    This doctoral thesis examines the modalities of organizing and financing the contests (agônes) taking place in the city of Athens in Hellenistic and Imperial periods (from 320 BC until the middle of the 3rd century AD). It consists of a comprehensive corpus gathering all the available evidence (mostly inscriptions), with a French translation and a specific commentary (Volume I) ; a historical and analytic synthesis on the topic as a whole (Volume II) ; and appendixes and illustrations (Volume III).This study first aims at a definition of the institutions Athenians chose to create at the head of the civic contests. It mostly deals with agonothesia, a civic office created at the beginning of the Hellenistic period and was maintained until the Roman Empire. We have defined the fields of expertise and of actions of the Athenian agonothetes and their evolutions, paying a specific attention to both the history of this office and of the city. A similar inquiry has been carried on about athlothesia, a magistracy concerned only with Panathenaia, and choregia, which was recreated in the 1st century AD (both of them being well less known than agonothesia). The tasks implied by these offices, often overlooked, reveal a very important personal involvement from the office-holders.Contrary to what is generally assumed, the agonothetes did not fund the contests exclusively from their own pockets, as a close examination shows. At least until the Imperial period, the city continued to provide most of the money needed. Finally, a social study investigates on who were the Athenian agonothetes and which milieu they were coming from ; it scrutinizes the importance of agonothesia in a public career, and the perception of this office by the average fellow-citizens. Agonothesia usually brought popularity to its holder, and quite often motivated public honors from the city.This thesis is a monography on the organization of Athenian games throughout six centuries, which allows a study on the long term, in a coherent space, geographically and politically. It shows the importance of the agonistic life in Athens, notably from institutionnal, cultural, economical and political points of view.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.