Origine et première diversification des mammaliaformes : apport des faunes du Trias supérieur de Lorraine, France

par Maxime Debuysschere

Thèse de doctorat en Paléontologie

Sous la direction de Ronan Allain et de Emmanuel Gheerbrant.

Le président du jury était Pascal Tassy.

Le jury était composé de Pascal Godefroit, Thomas Martin.

Les rapporteurs étaient Alexander Averianov, Gilles Cuny.


  • Résumé

    Le premier chapitre de l’histoire évolutive des mammifères reste mal compris et mal documenté. Les relations de parenté entre les premiers mammaliaformes et leurs proches cousins cynodontes, les mécanismes évolutifs de leur apparition et leur première diversification, ou même l’impact d’une crise biologique à la transition Trias-Jurassique sont autant de débats en cours. Le gisement de Saint-Nicolas-de-Port (Trias supérieur, Lorraine, France) a livré la plus importante collection de mammaliaformes de cette période par son abondance, avec un millier de dents isolées, et par sa diversité, avec des représentants de tous les clades connus. Toutefois, une part important de ce matériel est inédit. L’objectif de cette thèse est de proposer une révision globale de cette faune mammalienne et de proposer la première analyse phylogénétique des mammaliaformes triasiques. L’étude systématique décrit 463 dents molariformes, représentant au moins 19 espèces. Parmi les morganucodontes, des taxons connus dans d’autres gisements sont reconnus (Morganucodon, Paceyodon, Paikasigudodon). Deux nouvelles espèces sont décrites (Megazostrodon chenali sp. Nov. Et Rosierodon anceps gen. Et sp. Nov. ). Les dents inférieures et supérieures de Brachyzostrodon sont associées pour la première fois. Parmi les « symmétrodontes », deux nouvelles espèces de Kuehneotherium et un nouveau genre de Kuehneotheriidae sont décrits. Le genre Woutersia est révisé. Les molariformes supérieures de Delsatia sont reconnues pour la première fois, montrant que ce genre ne partage pas de caractères avec les docodontes. Parmi les haramiyides, le matériel rapporté à Thomasia est redécrit, et le genre Theroteinus est réévalué, montrant la nécessité d’une révision d’ensemble du genre Thomasia. L’étude cladistique est fondée sur une matrice inédite incluant un grand nombre de mammaliaformes triasiques, analysée avec plusieurs variations de l’échantillonnage taxonomique et du traitement des caractères. Bien que préliminaires, plusieurs résultats sont intéressants. Les morganucodontes forment rarement un clade, indiquant l’hétérogénéité du groupe. Les Kuehneotheriidae se rapprochent du clade Docodonta. Les haramiyides et les multituberculés se rassemblent dans le clade Allotheria, qui s’enracine hors du clade Mammalia. Delsatia s’insère parmi les Trechnotheria, tandis que Woutersia est le groupe-frère soit des Mammalia, soit des Australosphenida ; cela indique une diversification précoce des Mammalia dès le Trias supérieur

  • Titre traduit

    Origin and early diversification of Mammaliaformes : contribution of Upper Triassic faunas from Lorraine, France


  • Résumé

    The first chapter of the evolutionary history of mammals is poorly documented and poorly understood. The relationships of the first mammaliaforms and their cynodont relatives, the evolutionary mechanisms of their appearance and first diversification and the impact of the Triassic-Jurassic biotic crisis are still debated. The locality of Saint-Nicolas-de-Port (Upper Triassic, France) yielded the most important collection of mammaliaforms for this period by its abundance, with a thousand isolated teeth, and by its diversity, with representatives of all clads. However, most of this material remains undescribed. The purposes of this thesis is to provide a full revision of th Saint-Nicolas-de-Port mammalian fauna and to develop the first phylogenetic analysis of Triassic mammaliaforms. In the systematic study 463 molariforms teeth are described and identified as 19 species. Among morganucodonts, taxa known in other sites are recognized (Morganucodon, Paceyodon, Paikasigudodon). Two new species are described (Megazostrodon chenali sp. Nov. Et Rosierodon anceps gen. Et sp. Nov. ). Upper and lower molariforms of Brachyzostrodon are associated for the first time. Among “symmetrodonts”, two new species of Kuehneotherium and a new genus of Kuehneotheriidae are described. Woutersia is revised. Upper molariforms of Delsatia are identified; they do not share derived characters with upper molars of docodonts. Among haramiyids, the description of the material referred to Thomasia demonstrates the need of an exhaustive revision of this genus. Theroteinus is revised. The cladistics study is based on a new matrix including a large number of Triassic mammaliaforms, analysed with different taxonomical samples and treatment of characters. Although preliminary, several new results are emphasized. The morganucodonts rarely form a clade, which indicates the heterogeneity of the group. Kuehneotheriidae are the sister-group of Docodonta. Haramiyids and multituberculates form the clade Allotheria, which roots outside the clade Mammalia. Delsatia stands among Trechnotheria, while Woutersia is either sistergroup of Mammalia or sister-group of Australosphenida, which indicates a diversification of the Mammalia as soon as Upper Triassic

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (512 p., [550] p.)
  • Annexes : Bibliographie : 247 réf.

Où se trouve cette thèse ?