La circulation des normes de l'UICN au Sénégal au prisme des praticiens et du politique

par Julie Riegel

Thèse de doctorat en Socio-anthropologie

Sous la direction de Marie-Christine Cormier-Salem.

Le président du jury était Hervé Rakoto-Ramiarantsoa.

Le jury était composé de Mouhamadou Diakhate, Anne Luxereau, Tarik Dahou.

Les rapporteurs étaient Sylvie Ollitrault, Philippe Lavigne Delville.


  • Résumé

    Malgré le virage participatif amorcé par les ONG internationales de conservation dès les années 1980, les travaux de recherche en sciences sociales et politiques demeurent très critiques sur la réconciliation présumée de la conservation et du développement, et le rôle effectif des dispositifs d'utilisation durable des ressources naturelles dans la lutte contre la pauvreté. La diffusion de normes globales standardisées au niveau de territoires socio-écologiques singuliers est présentée comme une pierre d'achoppement structurelle de ces dispositifs. En appréhendant l'UICN comme un collectif d'acteurs, insérés dans des réseaux professionnels et personnels dynamiques, cette thèse questionne ce postulat que des normes de conservation circuleraient de manière homogène au sein de l'organisation jusqu'aux territoires de réalisation des projets. Le bureau de l'UICN au Sénégal, au centre de notre étude, est ainsi enchâssé dans son organisation transnationale autant que dans le champ national de la conservation, et s'avère en outre fortement tributaire des politiques de coopération. En s'attachant aux processus qui façonnent en coulisses les dispositifs de conservation de l'UICN au Sénégal, dans une approche socio-anthropologique, cette thèse montre combien les normes de l'organisation sont filtrées et remodelées à tous les niveaux par les réseaux d'acteurs qui s'en saisissent


  • Résumé

    In spite of the participatory turn initiated by green international NGOs in the 1980s, academic research remains highly critical of the alleged reconciliation of conservation and development and the effective contribution of sustainable use projects of natural resources to poverty alleviation. The dissemination of global standards towards specific socio-ecological territories is presented as a major stumbling block of these projects. These analyses imply the assumption that such norms remain unchanged in the transfer process from the international sphere to the grass roots level. But an international NGO such as the International Union for Conservation of Nature (IUCN) is composed of heterogenous actors, connected themselves with various professional and private networks. The national IUCN office in Senegal represents a specific scale of governance with its own strategic vision and a specific history. This office has to conciliate the prescriptions of its organization with the priorities and strategies of its administrative partners and with the modus operandi adopted by the donor agencies. Our work reveals how the IUCN standards for a sustainable use of natural resources in Senegal are selected and reinterpreted by the stakeholders according to their own priorities

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (354 p.)
  • Annexes : Bibliographie : 389 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2015 -- 05
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.