Poétique de Joseph Joubert. Étude sur la désécriture dans les Carnets

par Sabrina Giai-Duganera

Thèse de doctorat en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Jérôme Thélot.

Soutenue le 03-12-2015

à Lyon 3 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) .

Le président du jury était Pierre Glaudes.

Le jury était composé de Pierre Glaudes, Paolo Tortonese, Violaine Géraud, Étienne Beaulieu.

Les rapporteurs étaient Pierre Glaudes, Paolo Tortonese.


  • Résumé

    Ami intime de Chateaubriand et de Pauline de Beaumont, témoin de la Révolution française qui a, dit-il, « chassé [s]on esprit du monde réel », Joseph Joubert rédige toute sa vie des notes consignées dans deux-cent cinq cahiers et dans des feuillets épars. Ces notes, qu’il ne publiera pas, sont éditées par André Beaunier dans leur quasi totalité en 1938 sous l’appellation de Carnets. Ce texte protéiforme ressortissant à la poétique du brouillon est envisagé dans cet ouvrage sous l’angle d’une notion héritée d’Yves Bonnefoy. La désécriture englobe l’ensemble des mouvements venant faire obstacle à l’élaboration de l’œuvre : les phénomènes de réticences, d’auto-censure, d’hésitations, de déconstruction, de minage, de pudeur qui viennent manifestement gêner l’expression, et plus encore toute possibilité d’édification d’une « œuvre » achevée. La poétique de Joubert naît de ces mouvements contradictoires entre un idéal littéraire nettement défini par des critères étiquetés comme classiques (clarté, ordre, achèvement) et une pratique littéraire qui tient cet idéal en échec, mais ce faisant trouve dans le fragmentaire et le provisoire une éthique aussi bien qu’une poétique. La désécriture est en effet aussi une expérience de la positivité : contre toutes les impuissances, l’effacement des mots se révèle comme puissance d’affirmation.

  • Titre traduit

    Poetics of Joseph Joubert. Study on desecriture in the Carnets


  • Résumé

    Joseph Joubert was a close friend of Chateaubriand and Pauline de Beaumont and a witness of the French Revolution, which has « chased away [his] mind from the real world », as he stated. He wrote during his whole life a set of notes in 205 notebooks and loose sheets of papers, but never published them. In 1938, André Beaunier edited most part of them under the name of Carnets. This multifaceted text, belonging to the draft poetry, is here considered through the angle of a notion coming from Yves Bonnefoy. The désécriture includes all the movements that prevent from creating a finished book : reluctance, self-censorship, hesitations, modesty, literary deconstruction and mining which impede the writing, and his achievement as a piece of work. Joubert’s poetry arises from this conflicting movements between a literary ideal characterized by the classical way (clarity, order, achievement) and Joubert’s style compromising this ideal. Nonetheless, the author finds his ethic and poetic way thanks to a fragmented and temporary style. The désécriture is in fact a positive experience : the vanishing words become an affirmative power of saying, opposite to all forms of impotence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Bibliothèques universitaires.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.