L’Etat tiers en relations internationales : déclinaisons d’identités stratégiques médianes : neutralisation, finlandisation, neutralité

par Lucie Le Barreau

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de David Cumin.

Soutenue le 28-01-2015

à Lyon 3 , dans le cadre de École doctorale de droit (Lyon) .

Le président du jury était Pascal Hintermeyer.

Le jury était composé de Pascal Hintermeyer, Nathalie Ros, Martin Motte.

Les rapporteurs étaient Nathalie Ros, Martin Motte.


  • Résumé

    La notion de « tiers » est complexe et relève d’une grande transdisciplinarité. Les définitions afférentes ont cependant pour trait commun de l’envisager comme qualifiant la posture d’un Etat à l’écart d’un processus politique ou juridique. Relégué ainsi à un rang subsidiaire, le tiers semble désigner l’Etat considéré comme étranger au mécanisme principal à l’œuvre. Le propos de ce travail de recherche a été de s’interroger sur l’acception stratégique du tiers en tant que dépassement de la posture passive classique. Ainsi, le tiers incarne l’expression d’une identité stratégique médiane pour certains Etats développant une réponse particulière à l’égard des contraintes auxquelles leur environnement les soumet. La voie du tiers s’affirme alors comme une alternative à la lecture classique des logiques de puissance en relations internationales. Rétablissant le tiers dans sa dimension stratégique, il s’agit d’écarter la vision d’un Etat tiers exclusivement subi et d’en appréhender les différentes déclinaisons, du tiers objet au tiers sujet.Dans cette perspective, trois modèles de tiers sont convoqués à titre illustratif. La neutralisation de l’Autriche, la finlandisation de la Finlande, et la neutralité de la Suisse. Ces trois cas d’étude ont pour vocation de démontrer de la capacité stratégique de la dénomination d’ « Etat tiers » par la mise en pratique de la grille d’analyse théorique élaborée en première instance.

  • Titre traduit

    The Third State in International Relations : declensions of median strategic identities : neutralization, Finlandization, neutrality


  • Résumé

    The notion of "third party" is complex and pertains to a certain transdisciplinarity. The concerned definitions have however for common line to envisage it as qualifying the posture of a State away from a political or legal process. Relegated so to a supplementary rank, the third-party seems to indicate the State considered as foreign to the main mechanism at work.The purpose of this research work was to wonder about the strategic dimension of the meaning of the third as overtaking of the classic passive posture. So, the third embodies the expression of a median strategic identity for some States developing a particular answer towards the constraints to which their environment submits them. The way of the third asserts itself then as an alternative in the classic reading of the logics of power in international relations. Restoring the third in its strategic dimension, it is a question of deviating from the vision of an exclusively undergone third State and of considering the various declensions, from the third as object to the third as subject.In this perspective, three models of third are summoned to illustrative title. The neutralization of Austria, the Finlandization of Finland, and the neutrality of Switzerland. This three study cases have for vocation to demonstrate of the strategic capacity of the category of "third State" by the implementation of theoretical framework established at first instance.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?