Scène subjective, inter-scénalité et trans-scénalité : modélisation des transits de la réalité psychique

par Christophe Leveque

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Albert Ciccone.

Le président du jury était Patricia Attigui.

Le jury était composé de Albert Ciccone.

Les rapporteurs étaient Guy Gimenez, Rosa Caron.


  • Résumé

    Le travail de recherche proposé dans cette thèse porte sur la question de la transmission psychique inconsciente, l’objet de recherche s’attachant plus précisément à définir les différentes modalités de transit de la réalité psychique. C’est à partir d’une clinique auprès d’enfants suivis en hôpital de jour ou en centre médico-psychologique que sont interrogées les formes, les voies et les fonctions des transits, des échanges qui s’organisent entre les différentes scènes subjectives, qu’il s’agisse de la scène du rêve, du jeu, du corps, mais encore celle de l’autre de la relation. La scène psychique au regard de sa croissance, de son développement, ne peut se penser sans l’objet, aussi le modèle proposé en appui sur la théorie psychanalytique mais explorant aussi d’autres épistémologies comme la phénoménologie, les neurosciences, l’embryologie, est un modèle intersubjectif. A la suite des auteurs kleiniens mais aussi des travaux des groupalistes, il a pour objet de construire une représentation de l’espace intermédiaire ou espace « entre », situé entre les scènes et à partir duquel s’organisent les transactions et la transmission psychique. Il est possible de caractériser ce lieu de la connexion, d’en proposer une métaphore, une topologie, de montrer qu’il a une concrétude et des processus spécifiques. Penser l’entre-deux et l’alternance entre les scènes subjectives sur lesquelles se montre la réalité psychique amène aussi à interroger les modes de représentation de la conflictualité, à penser en termes de scénalité, d’inter-scénalité, de trans-scénalité, à rechercher également qu’elle est l’instance intrapsychique organisatrice de sa mise en jeu et de sa mise en scène. Parce que le moi est un être frontière et assure une fonction d’articulation, on peut décrire, en usant de la métaphore théâtrale, un moi dramaturge et scénographe et montrer comment les scènes subjectives interconnectées permettent alors de retrouver un lien associatif et une continuité narrative. Lorsque la souffrance psychique est trop grande et ne peut être psychisée, la scène éloignée (par exemple la scène phobique), se révèle être un puissant attracteur de la réalité psychique et donne une forme au conflit. Du fait d’une coïncidence, d’une mêmeté ou autre, elle vient en relais, elle est à penser comme un lieu où se déposent et se déchargent les tensions à l’instar d’une zone de transits ou parfois d’une zone de quarantaine maintenant à distance le surcroit de douleur et évitant une contamination de l’ensemble. Certains mécanismes identificatoires jouent un rôle fondamental dans la transmission psychique, notamment l’identification projective qui permet que se véhicule la souffrance et notamment qu’elle soit communiquée au thérapeute. De fait, la scène thérapeutique parce qu’elle attire à elle des contenus psychiques toxiques, non-élaborés, ceux-ci pouvant être liés à une transmission transgénérationnelle, opère aussi comme une scène à distance où s’organise un partage des expériences affectives et émotionnelles, cela étant à penser dans le cadre d’une relation transféro-contre-transférentielle. La prise en compte des jeux d’alternance impliquant souvent plusieurs scènes interconnectées entre elles comme les scènes thérapeutique, transférentielle mais aussi corporelle, onirique, fantasmatique, qui sont autant de lieux possibles d’expression du conflit psychique, amène en dernier lieu et en guise d’ouverture à un prochain travail de recherche à envisager une autre modalité d’associativité que nous nommons associativité inter-scénale.

  • Titre traduit

    Subjective scene, inter-scenality and trans-scenality : model of transits of psychological reality


  • Résumé

    The research work proposed within the framework of this thesis focuses upon the unconscious psychic transmission, with a particular emphasis on the various forms of transits of psychological reality. Based on The forms, channels and the roles of the transits, the interaction between the various subjective scenes, be they the dream scene, the game scene, the body scene or the Other in the relationship, have been studied in a child clinic with children in a day hospital or in a medical psychological centre. The psychological scene in view of its growth, its development, is unthinkable without the object, that is why the model proposed on the psychoanalytical theory, but also investigating other epistemologies such as phenomenology, neurosciences, embryology, is an intersubjective model. Following the kleinian authors, but also the groupalists’ work, its purpose is to build a representation of the intermediary space, or space in between, located between the scenes and from which psychological transactions and transmissions organize themselves. It is possible to characterize this place of connection, to propose a metaphor for it, a topology, to show it is real, with specific processes. Considering the between-two and the alternating between the subjective scenes on which the psychological reality shows, also leads us to ask questions about the modes of representation of conflicts, to think in terms of scenality, inter-scenality, trans-scenality, also to investigate the intrapsychic occurrence which articulates its operation and staging. Because the self is a border being and it has a function of articulation, one could evoke, with a theatrical metaphor, a dramatist and scenographer self, and show how the interconnected subjective scenes then allow to get back to an associative link and a narrative continuity.When mental suffering is too acute and it cannot be psychologized, the remote scene (the phobic scene for instance) proves to be a powerful attraction of psychic reality, and it gives a shape to the conflict. Because of a coincidence, a sameness, or other, it is a relay, one should think about it as a place where tensions lay and discharge as in a transit area or sometimes a quarantine zone keeping the excess pain away and avoiding a contamination of the whole.Some identifiable mechanisms play a key role in the psychologicaltransfer, particularlythe projective identification which ensures pain is carried out and, especially, communicated to the therapist. Indeed, because the therapeutic scene attracts undeveloped toxic psychic contents which may be linked to a transgenerational transmission, it also operates like a distant scene in which a sharing of the affective and emotional experiences takes place. The coverage of the alternation games often involving several scenes interconnected together such as the therapeutic scenes, transferential as well as corporeal, oniric, fantasmal, which represent as many potential places of expression of psychological conflict, finally leads us, thus opening up to a future research work, to consider another method of associativity which we name inter-scenal associativity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.