Les nécrologies dans la presse française contemporaine : une analyse de discours

par Marie-Laure Florea

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Alain Rabatel.

Le président du jury était Dominique Maingueneau.

Le jury était composé de Alain Rabatel, Jean-François Tétu, Hugues de Chanay.

Les rapporteurs étaient Jean-Michel Adam, Ruth Amossy.


  • Résumé

    Cette thèse porte sur les nécrologies de presse : ce genre de discours est analysé à partir du cadre théorique de l’analyse du discours, en croisant les outils de la linguistique textuelle, de l’énonciation et de l’argumentation. L’analyse prend appui sur un corpus de quelque cinq-cents nécrologies, issues de toutes les catégories de la presse française contemporaine. L’objectif est de montrer que la nécrologie constitue une des formes modernes du rite funéraire en Occident. Pour ce faire, la thèse s’articule en deux parties : dans un premier temps, il s’agit de mettre en évidence le fait que la nécrologie est un genre de discours très ritualisé, dans ses diverses dimensions (médiatique, compositionnelle, pragmatique, énonciative). Cette forme routinière est indispensable à l’accomplissement du rite : l’ordre du discours vient effacer le chaos engendré par le décès. Dans un second temps, la thèse s’interroge sur la finalité rituelle de la nécrologie : à quoi bon écrire sur quelqu’un qui vient de mourir ? Il s’agit dès lors de montrer que la visée de la nécrologie consiste à manifester la présence du disparu, au-delà de son décès, à travers son évocation voire sa convocation dans le discours, afin d’affirmer des valeurs communes, rassemblant le nécrologue, le journal, le défunt et les lecteurs, conformément à la fonction du discours épidictique. La thèse s’attache à mettre en évidence le fonctionnement des marques linguistiques (notamment l’effacement énonciatif, le discours représenté, l’interpellation, la mise en scène des émotions, le recours à l’hyperstructure) qui montrent comment cette communauté de valeurs est ainsi reconstruite par la nécrologie, au moment où la mort d’un de ses membres éminents met sa cohésion en péril.

  • Titre traduit

    Obituaries in the French press : a discourse analysis


  • Résumé

    This thesis analyses press obituaries from a discourse analysis perspective and with a cross-disciplinary approach combining text linguistics, enunciation and argumentation theory. The analysis is based on a corpus of approximately 500 obituaries from all forms of contemporary French print media. It aims to demonstrate that obituaries are one of the modern forms of funeral rite in Western culture. To that end, it is divided in two parts: the first one shows that obituaries belong to a highly ritualised speech genre in all its dimensions (mediatic, compositional, pragmatic and enunciative). This routine form of expression is essential to the full performance of the rite: the order of speech restructures the chaos resulting from death. The study then questions the purpose of obituaries as a ritual: why write about someone who just died? It argues that this form of writing, characterised by its epideictic function, is a manifestation of the departed’s presence, beyond death, through their evocation or even summoning in speech. It asserts common values shared by the obituarist, the newspaper's editors, the deceased person and the readers. This work seeks to bring into light how linguistic markers (enunciative effacement, represented discourse, address form, staging of emotion, use of hyperstructure) indicate that obituaries are a way of reconstructing the cohesion of a community of values endangered by the death of one of its prominent members.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.