Rendre les armes : le sort des vaincus XVIe-XVIIe siècles

par Paul Vo-Ha

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Nicolas Le Roux.

Le président du jury était Philippe Martin.

Le jury était composé de Nicolas Le Roux, Hervé Drévillon.

Les rapporteurs étaient Michel Cassan, Michèle Virol.


  • Résumé

    Le XVIe siècle est souvent perçu comme un temps de massacres motivés par les haines confessionnelles, une litanie de carnages et d’exactions à laquelle succéderait, à partir des années 1650 une culture de la reddition honorable, une guerre réglée et limitée caractérisée par une nette amélioration du sort des vaincus. Une humanisation de la guerre se donnerait à lire au travers d’une codification des procédures de capitulation et de reddition des places. Ce travail, suivant les pistes ouvertes par l’anthropologie historique, questionne cette vision caractéristique d’une déréalisation de la guerre pour montrer que la reddition honorable émerge précocement et ne constitue jamais qu’un idéal toujours soumis aux intérêts des belligérants. Mobile de la clémence, l’intérêt est également celui de la rigueur. Tout au long des XVIe et XVIIe siècles, la reddition reste un risque pour l’honneur et la vie des vaincus. Cette histoire de la reddition entend déconstruire le mythe déréalisant de la «guerre en dentelles» pour rappeler que les guerres du règne de Louis XIV ne sont pas le théâtre d’une limitation de la violence.

  • Titre traduit

    Surrender : the Fate of the Defeated XVIth-XVIIth cent.


  • Résumé

    The XVIth century is often perceived as an era of religious driven massacres, a litany of carnage and exactions directly followed, from 1650 onward, by reversing habits of honourable capitulation, a closely regulated and restricted warfare characterized by a great improvement in the fate of the defeated. A humanization of the war would show through a codification of the surrending procedures and the transfer of forteresses. This essay investigates this derealizing vision of warfare, based on historical anthropology’s theoretical leads. It shows that honourable capitulation come about earlier on as an ideal led by the interest of belligerent parties. These interests appear as a major motive for both leniency and rigorousness. All along the XVIth and XVIIth cent., capitulation stands as a risk for the honor and life of the losers. This history of capitulation intends to deconstruct the derealizing myth of chivalrous and limited warfare, to recall the fact that wars under the reign of Louis XIV often led to repeated acts of unleashed violence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.