Formes et dynamique de l’artisanat français : une sociologie de l'entreprise artisanale et du marché professionnel

par Samia Ait-Tkassit

Thèse de doctorat en Sociologie et anthropologie

Sous la direction de Jean-Claude Rabier.

Le président du jury était Bruno Milly.

Le jury était composé de Jean-Claude Rabier, Luc Fleuret.

Les rapporteurs étaient Faridah Djellal, Thomas Reverdy.


  • Résumé

    Malgré un récent regain d’intérêt pour l’artisanat, la sociologie française semble déprise de cet objet polymorphe qui demeure en proie au doute concernant sa nature et sa capacité à se maintenir. Pour lever ces ambiguïtés, des statistiques portant sur l’emploi ont été produites en lien avec le réseau consulaire, des chiffres sur l’entrepreneuriat ont été traités et des données qualitatives ont été recueillies au sein de la boucherie et de la réparation automobile via des observations et des entretiens menés en France et au Maroc. L’immersion durant trois années au sein de la Chambre Régionale de Métiers et de l'Artisanat en Rhône-Alpes avec un financement CIFRE (2007-2010) a permis de mener à bien cette recherche. La thèse montre l’entreprise artisanale comme un incubateur des savoir-faire qui s’incarnent dans une division ad hoc du travail faite de routines et de créativité. Celle-ci s’actualise en s’ajustant aux situations productives et marchandes. Enracinée localement, la dimension relationnelle façonne la performance organisationnelle et marchande, amenant davantage d’efficience. Cette dimension transparaît dans l’offre marchande, les stratégies de captation des clients et les rapports concurrentiels entre pairs. Cette thèse vise aussi à étudier l'artisanat rhônalpin comme catégorie sociale. Elle montre que les ressorts de sa cohésion et de son élasticité sont au principe du marché professionnel ouvert et dynamique qu’est l’artisanat et dans lequel sont enchâssés le marché du travail artisanal et une constellation de groupes professionnels réunissant un noyau d’artisans-indépendants et une population mobile, qui gravite autour, partageant leur expérience et leurs qualifications.

  • Titre traduit

    Forms and dynamics of French artisanship : sociology of craft businesses and of the occupational market


  • Résumé

    French research in sociology seems to have detached itself from artisanship as a field of study in spite of a recent regain of interest in it. As a polymorphous object, artisanship still remains subject to doubt as far as its definition and sustainability are concerned. To characterise it, we based our work on employment statistics produced within the consular network in Rhône-Alpes and entrepreneurship data that we processed. Together with qualitative material collected in butcheries and mechanic businesses through observations and interviews conducted in France and Morocco. We spent three years of full-time work within the Regional Chamber of Trades and Crafts with a research funding (CIFRE 2007-2010) to carry out this study. This thesis reveals the craft business as an incubator of skills which are embedded in an ad hoc work division based on routines and creativity which are an updated response to production and market situations. Adding up to this efficiency, the locally rooted relational dimension leads to organizational and market performance. This dimension appears in the artisans offers, their customers capture strategies and the competitive relationships between peers. This thesis also aims at studying the Rhône-Alpes artisanship as a social category. The main finding here is that artisanship cohesion and its elasticity reveal an open and dynamic occupational market built on the labor market and on a constellation of occupational groups that gather independent-craftsmen as their core and a mobile population that revolves around sharing the same qualifications and experience

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.