Les problèmes sexuels chez les adolescentes sourdes : comparaison entre la France et l'Iran

par Hamid Mehrabi Kolibiki

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Serge Portalier.

Le président du jury était Jacques Gaucher.

Le jury était composé de Adriano Brandao, Pascal Moliner.


  • Résumé

    La plupart des informations est acquise par l'audition et entrer dans le processus de la connaissance des individus; cela explique pourquoi les adolescents sourds sont privés. De plus, une telle déficience peut entraîner des problèmes personnels tels que des rapports sexuels dangereux, des grossesses non désirées, des maladies sexuellement transmissibles, le sida. L'étude de la différence entre adolescents sourds et entendants dans leur vie sexuelle va nous amener à mieux comprendre les problèmes et besoins liés à la sexualité chez les jeunes sourds (Anat, Yehudit, 2011), en se limitant aux filles. Nous avons utilisé les méthodes d'étude qualitative et quantitative. Les données proviennent d’entretiens semi-directifs et de questionnaires menés avec les adolescentes sourdes et entendantes âgées de 16 à 20 ans, dans une population de France et d'Iran. Les résultats ont montré qu’il y a une différence significative entre les jeunes filles sourdes et entendantes Dans" l'information sexuelle (p = 0,01), « processus cognitifs " (p = 0,01); et «comportement préventif» (p = 0,05). Parmi les jeunes sourdes, nous notons une différence significative entre les Iraniennes et les Françaises quant aux « besoins d'éducation sexuelle » (p = 0,01), aux « processus cognitifs » (p = 0,05), au « bien-être » (p = 0,05) et au « comportement préventif » (p = 0,05). En revanche, il n’a y aucune différence significative entre les sourdes iraniennes et françaises pour ce qui est de « l'information sexuelle » et des « comportements à risque ». Nous constatons également Il n’a y aucune différence significative entre les jeunes filles sourdes SCES et NSCES mais seulement pour "l'information sexuelle» (p = 0,05).Bien que les filles entendantes ont des informations sexuelles plus riches que les jeunes filles sourdes; elles montrent une incapacité à les utiliser dans leur vie sexuelle. Les sourdes ont en fait besoin d’une éducation sexuelle spécifique, alors que l'éducation sexuelle actuelle n’est pas efficace pour les sourds. Malgré l'existence de l'éducation sexuelle officielle en France et son absence en Iran, nous voyons que les deux groupes sourds ont la même connaissance sexuelle et ont le même comportement sexuel à risque.

  • Titre traduit

    Sexuality in deaf adolescent girls : comparative between Iran and France


  • Résumé

    Most of information is acquired by hearing and enter the process of knowledge of individuals; this explains why deaf adolescent are deprived. Moreover, this hearing defect can add other problems for them such as having dangerous sex, unwanted pregnancy, sexual diseases or AIDS. Studying the difference between deaf and hearing teenagers in their sexual lives help us to understand their sexuality related problems and needs (Anat, Yehudit, 2011).We used methods of qualitative and quantitative study. The data were obtained from semi-structured interviews as well as questionnaires undertaken with the deaf and hearing adolescents aged 16 and 20 years who were selected in France and Iran.The results showed that 'there is a significant difference between young deaf and hearing girls in "sexual information" (p = 0.01), "cognitive processes" (p = 0.01); and "safe behavior" (p = 0.05). We note that there is a significant difference between the deaf young Iranian girls and young French deaf girls on "Sex education needs" (p = 0.01), "cognitive processes" (p = 0.05), "well-being" (p = 0.05) and "safe behavior" (p = 0.05). However, no significant difference is found between the Iranian and French deaf in "sexual information" and "risky behavior". We also find that there is a significant difference between young girls deaf FSE and DFSE only in "sexual information" (p =0.05).Although the hearing girls have richer sexual information than young deaf girls; they are unable to use their sexual information in their sexual lives. The result shows that the deaf need specific sex educations and the existing sex education it is not effective for the Deaf. Despite the existence of formal sex education in France and its lack in Iran, we see that both deaf groups have the same sexual knowledge and have the same risk sexual behavior.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.