Les combattants haut-savoyards de la grande guerre dans la société, 1889-1940

par Sébastien Chatillon

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Christian Sorrel.

Le président du jury était François Cochet.

Le jury était composé de Éric Baratay, Olivier Vernier.

Les rapporteurs étaient Xavier Boniface, Odile Roynette.


  • Résumé

    En ces temps de commémoration dédiés au Centenaire de la Grande Guerre, le premier conflit mondial, longtemps occulté par l’ombre du second, connaît un net regain d’intérêt auprès du grand public. L’université avait déjà amorcé la relecture du conflit sous un angle socioculturel depuis les années 1990. Dans cet intérêt nouveau pour la « Guerre de 14-18 », le combattant se place au centre des préoccupations. Oublié de l’historiographie traditionnelle, il focalise – non sans polémique – de nombreuses études évaluant non seulement sa vie quotidienne, mais aussi ses comportements et perceptions, sans oublier son environnement sociologique. Dans le cadre d’un département à forte personnalité tel que la Haute-Savoie, il était temps de retracer le parcours de ces combattants à la lumière d’archives administratives, en particulier les registres militaires dont la richesse est méconnue, afin de les faire dialoguer avec des témoignages parfois inédits. L’histoire des combattants haut-savoyards commence en réalité dès la Belle époque. La Haute-Savoie présente alors un visage particulier au sein de la « Grande nation » qu’elle a intégrée en 1860 : terre traditionnelle, agricole et catholique, elle possède une situation stratégique originale au cœur du massif alpin. Ses conscrits rencontrent pour la première fois l’administration dans le cadre de leurs obligations militaires, avant d’être happés par un implacable système de recrutement dont la mission est de nourrir l’Etat en soldats durant la Grande Guerre. L’expérience guerrière des combattants haut-savoyards peut s’apprécier tant du point de vue de leur destin militaire qu’à travers leurs perceptions de l’environnement, sans négliger par ailleurs les liens qu’ils entretiennent avec l’ « arrière ». Après l’armistice et la démobilisation, ces « anciens combattants » s’illustrent par leur militantisme actif : ils aspirent à bâtir un monde meilleur à l’ombre des « grands morts » dont la société haut-savoyarde perpétue avec ferveur le souvenir.

  • Titre traduit

    The haut-savoyard combatants of the Great War in the society (1889-1940)


  • Résumé

    In the present context of commemoration marking the centenary of the Great War, the first world conflict, long overshadowed by the powerful impression of the Second World War, draws a renewal of attention among the general public. In the 1990's, University studies started to reinterpret the 1914 War within sociology, placing the common soldier at the center of concerns. Long ignored by classic historiography, the conscript is now the focus of numerous studies on not only his daily life but as well his behaviour and perceptions in addition to his sociological environment.Anchored in the strong-natured French department of Haute-Savoie, this study aims at retracing the life and progress of the fighters in the light of local administrative archives - especially of military records which richness has been up-to-date largely ignored - in order to recall the voices of their original testimonies. The history of the Haut-Savoyard as a combatant begins in facts as early as the Belle Époque. Haute-Savoie then showed a singular face within the realm of the "Great Nation" it had only joined in 1860 : a land of traditions, agrarian and catholic, it holds a strategic position at the heart of the Alpine massif. Its conscripts were to meet the national administration for the first time in the context of fulfilling their military obligations, before being absorbed by an implacable drafting system which mission was to feed the State with the soldiers needed for the Great War effort.The Haut-Savoyards' war experience can be estimated as much through their military fate as through their insights of the events, without neglecting their bond with the "home front" furthermore. After the armistice and demobilisation, these veterans illustrated themselves through active militancy : they ambitioned to build a better world in respect of the "great dead", ardently remembered and celebrated by the Haut-Savoyard society and communities.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.