Le rôle de l'agriculture dans l'aménagement d'une métropole transfrontalière : le cas du Grand Genève

par Sébastien Alcaix

Thèse de doctorat en Géographie, aménagement et urbanisme

Sous la direction de Claire Delfosse et de Lydia Coudroy de Lille.

Soutenue le 26-05-2015

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales (Lyon) , en partenariat avec Laboratoire d'études rurales (Lyon) (laboratoire) .

Le président du jury était Monique Poulot-Moreau.

Le jury était composé de Lydia Coudroy de Lille, Monique Poulot-Moreau, Christophe Soulard, Jean Noël Consalès, Joëlle Salomon Cavin.

Les rapporteurs étaient Christophe Soulard.


  • Résumé

    L’État de Genève, Régionyon, ainsi que dix intercommunalités françaises de l’Ain et de la Haute-Savoie se sont regroupés pour former le Grand Genève et aménager l’espace transfrontalier. La question de la frontière est omniprésente à Genève et a un rôle central dans son développement. Pendant très longtemps, l’agriculture et l’approvisionnement alimentaire ont constitué un lien de cohésion permanent entre Genève et son hinterland. Régie par deux politiques agricoles, l’agriculture du bassin genevois se structure et s’oriente désormais sur des marchés différents, ce malgré une zone franche qui perdure. À l’heure de la métropolisation, elle est impactée de manière différenciée par la diffusion de l’urbanisation, à la croisée des modes de planifications suisses et français. Pourtant, le Projet d'Agglomération Franco-Valdo-Genevois, porté par le Grand Genève, met l’agriculture au cœur du projet d’aménagement transfrontalier. Dans un contexte frontalier tendu entre les acteurs, la mobilisation de l’agriculture dans le Grand Genève, n’est pas admise par tous. Tantôt promus, tantôt bloqués, les projets agricoles peinent parfois à voir le jour et à être partagés par tous. En outre, les jeux d’acteurs et la prise en compte de l’agriculture par le politique ne sont pas dénués de considérations territoriales, qui dépassent largement l’économique. L’agriculture est convoquée pour tenter de dépasser les blocages transfrontaliers et donner une cohésion territoriale au projet d’aménagement du Grand Genève.

  • Titre traduit

    The role of agriculture in the land planning of a cross-border metropolis : the case of the Grand Geneva


  • Résumé

    The State of Geneva, Régionyon and ten French inter-municipalities joined together to shape Greater Geneva and plan the cross-border area. The border issue is omnipresent in Geneva and has an important role in its development. For a long time, agriculture and food supply were a permanent link between cohesion Geneva and its hinterland. Governed by two agricultural policies, agriculture in the Geneva area is structured and now focusing on different markets, despite enduring a free zone. At the time of metropolization is differentially affected by the spread of urbanization, at the crossroads of modes of Swiss and French plans. Yet the Agglomeration Project Franco-Valdo-Genevois, carried by the Greater Geneva, puts agriculture at the heart of the cross-border development project. In a border tense situation between the actors, the mobilization of agriculture in the Greater Geneva is not accepted by all. Sometimes promoted, sometimes blocked, agricultural projects have some difficulties to emerge and be shared by all. In addition, the actors' performance and the inclusion of agriculture by the policy are not devoid of territorial considerations that go far beyond the economic. Agriculture is convened to try to overcome cross-border bottlenecks and give a territorial cohesion project for developing the Grand Geneva.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.