Adolescence en délinquance et rites de passage en Nouvelle–Calédonie

par Alexandra Lambert-Gimey

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Mohamed Lahlou.

Le président du jury était Serban Lonescu.

Le jury était composé de Jacques Dionne, Abdeljalil Akkari.


  • Résumé

    Selon le recensement de 2009, la population néo-calédonienne se compose de 245 558 personnes ; les moins de 30 ans en représentent approximativement la moitié. Les Mélanésiens, appelés Kanaks/Canaques, primo-habitants, forment alors 40 % environ de la population totale. De par l’héritage historique, cette population se trouve dans un entre-deux culturel, partagée entre l’attachement à la tradition des ancêtres et les tendances d’une occidentalisation liée à la colonisation. Selon les informations fournies par la police de Nouméa, depuis les années 2000, la Nouvelle-Calédonie connaît une augmentation très importante de la délinquance.Notre étude a pour but d’identifier les caractéristiques de la délinquance chez les adolescents néo-calédoniens, leur nature et leurs origines. Nous chercherons ainsi à mettre en évidence les facteurs qui ont prévalu à l’installation de cette situation. Dans cette recherche, nous nous interrogerons particulièrement à la substitution du rite de passage par l’acte délictueux comme moyen de reconnaissance sociale et nous analyserons les relations qui existent entre la délinquance et les facteurs culturels. Pour la présente étude, nous nous appuyons sur un échantillon de 331 adolescents issus de deux populations : des jeunes « conventionnels » et des jeunes « judiciarisés ». Tous ont été soumis à un même questionnaire relatif à leur identité ethnique, à leur degré d’attachement à leur groupe d’appartenance culturelle ainsi qu’à leurs pratiques de délinquance auto-révélée. Concernant la population « judiciarisée », le recueil de données s’appuie également sur des entretiens cliniques, ainsi que sur la passation de tests psychométriques. Les résultats portent respectivement sur les données quantitatives et les analyses qualitatives.

  • Titre traduit

    Adolescent delinquency and rites of passage in New-Caledonia


  • Résumé

    In the heart of the Pacific Ocean, the archipelago known as New Caledonia is experiencing a significant increase in crime since the 2000s, according to information provided by police in Nouméa, the capital city. Its population is relatively young. Those who are less than thirty years old represent approximately half the population. In this multicultural country, modernity and ancestral tradition coexist for some indigenous ethnic groups. Our study aims to identify the characteristics of adolescent delinquency in New Caledonia, addressing its nature and origins. Thus we seek to highlight the factors that have prevailed which created this circumstance. In particular, our research will examine the relationship between delinquency and cultural factors, and the existing links between the quest for ethnic identity and belonging to emerging gangs.For our study, we relied on a sample of 331 adolescents drawn from two groups: conventional youth, and young offenders. All were subjected to the same questionnaire regarding their ethnic identity, their degree of attachment to their gang, their cultural practices, as well as their professed delinquency. Regarding the offenders, our data collection also relied on clinical interviews, as well as the results of their psychometric tests. The findings will focus respectively on quantitative data and qualitative analyses.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.