La femme entre raison et religion : Les Américaines ou La preuve de la religion chrétienne par les lumières naturelles de Marie Leprince de Beaumont

par Ramona Herz

Thèse de doctorat en Langues, littératures et civilisations

Sous la direction de Catriona Seth et de Rotraud von Kulessa.

Soutenue le 30-11-2015

à l'Université de Lorraine en cotutelle avec l'Universität Augsburg , dans le cadre de Ecole doctorale Stanislas (Nancy-Metz) , en partenariat avec Littératures, Imaginaire, Sociétés (Nancy) (laboratoire) .

Le président du jury était Alain Muzelle.

Le jury était composé de Hanno Ehrlicher.

Les rapporteurs étaient Nadine Bérenguier, Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval.


  • Résumé

    Marie Leprince de Beaumont compte parmi les auteurs les plus lus de la littérature d’éducation au XVIIIe siècle en France et en Europe. Si la série de ses Magasins a été sujet de nombreuses analyses, la recherche s’intéresse seulement depuis quelques années à la diversité qu’offre sa production littéraire intégrale. Ce travail sur Les Américaines ou La preuve de la religion chrétienne par les lumières naturelles s’inscrit dans ce regain d’attention. Notre étude présente divers aspects du texte de façon approfondie et tient compte de la réalité littéraire, philosophique et historique afin de positionner l’ouvrage dans l’œuvre entière de l’auteure et dans le champ littéraire de l’époque.Une première approche livre la présentation générale de l’ouvrage. Dans cette partie, la genèse et les différentes éditions des Américaines sont exposés. En outre, la structure et les personnages sont présentées et le titre expliqué. Enfin, le texte est examiné par rapport à sa place dans l’œuvre entière de Marie Leprince de Beaumont. Trois analyses approfondies se joignent, à savoir l’aspect éducatif et la mise en place de l’apologétique ainsi que des querelles des sexes dans Les Américaines.En premier lieu, le caractère éducatif du texte repose sur la continuité pédagogique des Magasins. En général, la pédagogie de Marie Leprince de Beaumont unie les idées lockéennes, fort populaires à son époque, et cartésiennes, qu’elle reprend en majorité de Fénelon et de la marquise de Lambert. Les quatre préceptes de la méthode scientifique établie par Descartes dans le Discours de la méthode peuvent être compris comme le fil rouge de la stratégie éducative dans Les Américaines. Ensuite, l’instruction s’enrichit de la forme dialoguée. Le dialogue permet la vulgarisation du savoir, la performativité met l’apprentissage directement en scène.En second lieu, l’analyse des stratégies de la défense de la foi tient compte de la position de la littérature apologétique au XVIIIe siècle. Il s’avère que la terminologie établissant une dichotomie entre « Lumières » et « Anti-Lumières », ne répond finalement que peu à la pluralité des voies de pensée qui forment l’esprit polyvalent de cette époque. En effet, Marie Leprince de Beaumont et son œuvre peuvent exemplifier la jeune notion « Lumières catholiques ». Ses sources d’inspiration sont notamment les idées métaphysiques de Descartes et les théories théologiques de Pascal. Ensuite, le dialogue entre la philosophie et la religion avec la réalité du XVIIIe siècle et l’image de la Réforme jouent un rôle important dans l’argumentation apologétique de l’auteure. Enfin, les sources de Marie Leprince de Beaumont sont reconstituées.Un troisième axe d’analyse porte sur les querelles des sexes dans Les Américaines. Tout d’abord, la terminologie autour de la notion « querelle des femmes » et l’impact du cartésianisme dans ce même débat sont pris en compte. Une influence majeure paraît être l’œuvre et les théories de Poulain de la Barre, sans que sa réception chez Marie Leprince de Beaumont puisse être prouvée. Nous nous intéressons ensuite aux représentations du féminin dans Les Américaines. L’image de la femme chrétienne ainsi que l’accès de la femme au savoir semblent être les deux centres d’intérêt privilégiés de l’auteure.Dans la conclusion, la réception du texte est évoquée et un bilan est tiré. Il semblerait que quelques aspects dans Les Américaines sont quelque peu « retardés ». Ce retardement peut s’expliquer par l’objectif de l’éducatrice de vendre au mieux sa défense de la foi tout en ayant du succès en tant que femme auteur à son époque.

  • Titre traduit

    Woman between reason and religion : Les Américaines by Marie Leprince de Beaumont


  • Résumé

    Marie Leprince de Beaumont is one of the most widely read authors in the education literature in eighteenth century France and Europe. If the series of her Magasins have been subject of many analyses, only in recent years the research focuses on the diversity offered by her literary production. This work on Les Américaines takes part of this development. The study presents various aspects of the text in detail and takes into account the literary, philosophical and historical reality in order to position the book in the complete work of the author and in the literary field at the time.The first approach delivers the overall presentation of the book. In this part, the genesis and the various editions of Les Américaines are exposed. Furthermore, structure and characters are presented and the title is explained. Finally, the text is examined in relation to its position in the whole work of Marie Leprince de Beaumont. Three profound analyses are added, namely the educational aspect, the establishment of apologetics and debates on the equality of men and women in Les Américaines.First, the educational character of the text is based on the educational continuity of the Magasins. In general, the pedagogy of Marie Leprince de Beaumont unites the ideas of Locke, very popular at that time, and of Descartes, which she takes from Fenelon and the Marquise de Lambert. Indeed, the four tenets of the scientific method established by Descartes in the Discours de la méthode can be understood as the guiding thread of the educational strategy in Les Américaines. Next, the instruction is enriched by the dialogical form. The dialogue enables the extension of knowledge, performativity puts learning directly into action.Second, the examination of Christian apologetics in Les Américaines considers the position of the apologetic literature in the eighteenth century. It turns out that the terminology establishing a dichotomy between "Enlightenment" and "Counter-Enlightenment" finally corresponds only little to the plurality of thoughts that exists at that time. Indeed, Marie Leprince de Beaumont and her work can exemplify the young concept of "Catholic Enlightenment". Her sources of inspiration are the metaphysical ideas of Descartes and Pascal’s theological theories. In addition, the dialogue between philosophy and religion with regard to the reality of the eighteenth century on the one hand, and the image of Reformation in the text on the other hand, play an important role in the apologetic argumentation. Finally, the sources of the author are reconstituted.In a third analysis, debates on the equality of the two sexes in Les Américaines are examined. First, the terminology around the concept "querelle des femmes" and the impact of Cartesianism in this discussion are taken into account. The work and theories of Poulain de la Barre appear to have much influence, even if his reception by Marie Leprince de Beaumont cannot be proved. Furthermore, the representations of women in the book are mentioned. The image of the Christian woman and the woman's access to knowledge seem to be the two preferred interests of the author.In the conclusion of the study, the reception of the text is discussed and a result is drawn. It seems that some aspects in Les Américaines are somewhat "delayed". This delay can be explained by the purpose of the educator to sell her work defending faith best possible while having success as a female writer in her time.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. BU Ingénieurs.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.