Liberté et souveraineté : le problème de l'expérience chez Sartre et Bataille

par Chunming Wang

Thèse de doctorat en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Philippe Sabot.

Le président du jury était Jean-François Louette.

Le jury était composé de Philippe Sabot, Jean-François Louette, Vincent de Coorebyter, Marie-Christine Lala.

Les rapporteurs étaient Vincent de Coorebyter, Marie-Christine Lala.


  • Résumé

    Dans ce travail de thèse, nous cherchons à faire dialoguer Sartre et Bataille dont la confrontation dans les années quarante et cinquante a la signification, à notre sens, d’une rencontre entre deux pensées de l’expérience et de l’existence que nous proposons d’appeler respectivement « pensée de la liberté » et « pensée de la souveraineté ». Il s’agit, dans un premier temps, d’esquisser comment ces deux pensées ont pu se rencontrer sous forme de confrontation et, pour ce faire, de restituer l’horizon à partir duquel elles ont pu se formuler : si Sartre a reproché à Bataille d’avoir confondu dans L’expérience intérieure l’attitude scientifique et l’attitude existentialiste et d’avoir décrit ainsi une expérience nullement intérieure, c’est qu’en adoptant une méthode phénoménologique pour décrire la rencontre concrète de l’existence par elle-même en tant qu’existence temporelle, il entend par « expérience » ce que les phénoménologues allemands appellent « Erlebnis » et ce qui est dans son essence une sphère d’immanence radicalement infusionnable avec d’autres sphères du même type, tandis que l’expérience intérieure telle que Bataille la définit culmine précisément dans une fusion de l’intérieur et de l’extérieur que celui-ci considère d’ailleurs comme exigence fondamentale d’une phénoménologie de l’esprit développée et en vue de laquelle il exige une existence immédiate, sans délai, enfoncée dans l’instant. L’enjeu d’une telle divergence sur le sens de l’expérience et, corrélativement, de l’existence est d’autant plus profond que ces deux penseurs ont tous pour dessein d’établir une morale à ceci près qu’il s’agit, pour l’un, d’une morale de la souveraineté dont le sens est paradoxalement hypermoral et, pour l’autre, d’une morale de la liberté qui ne peut être atteinte qu’au terme d’une conversion radicale. En quoi consistent-elles ces deux morales ? Comment sont-elles accrochées à deux pensées différentes voire opposées de l’expérience et de l’existence ? Telles sont les deux questions auxquelles nous tenterons, en dernière instance, de répondre pour mieux mesurer l’enjeu de la confrontation entre Sartre et Bataille et, par là, établir un dialogue qui est de prime abord improbable.

  • Titre traduit

    Liberty and sovereignty : the problem of experience in Sartre and Bataille


  • Résumé

    In this dissertation, we seek to construct a dialogue between Sartre and Bataille whose confrontation in the forties and fifties should be considered, in our view, as an encounter between two ways of thinking experience and existence that we would like to call, respectively, « thinking of liberty » and « thinking of sovereignty ». We are going to, firstly, outline how these two thinkings could encounter with each other in a confrontational way and, for this purpose, to restore the horizon from which they were able to formulate themselves : if Sartre criticized Bataille for confusing, in The inner experience, the scientific attitude with the existentialiste one and, therefore, describing an experience which is not inner at all, that’s because in adopting a phenomenological method to describe the concrete encounter of existence – which is temporal – by itself, he understood « experience » as what the German phenomenologists called « Erlebnis », namely a sphere of immanence which is radically infusionnable with other spheres of the same type, while the inner experience as Bataille defined it culminates precisely in a fusion of the inner and the exterior that he considered as the fundamental demanding of a developped phenomenology of mind in responding to which he required an immediate existence, that is to say an existence without daly, immerged in the instant. What’s at stake in such a divergence on the meaning of experience and, correspondingly, of existence has much further implications in that both of these two thinkers had the very intention to establish the morality except that for one, it’s a morality of sovereignty whose meaning is paradoxically hypermoral while for the other, it should be a morality of liberty that can only be reached through a radical conversion. What could we learn from these two moralities ? How are they linked to two different, even opposite ways of thinking experience and existence ? These are the two questions that we will try, finally, to respond in order to better measure the stakes of the confrontation between Sartre and Bataille and thus to establish a dialogue which seems prima facie improbable.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.