Displacement(s) as method(s)

par Ingrid Cogne

Thèse de doctorat en Arts plastiques

Sous la direction de Anne Boissière et de Felicitas Thun-Hohenstein.

Le président du jury était Ivan Toulouse.

Le jury était composé de Anne Boissière, Felicitas Thun-Hohenstein, Ivan Toulouse, Elisabeth von Samsonow.

Les rapporteurs étaient Ivan Toulouse, Elisabeth von Samsonow.

  • Titre traduit

    Dléplacement(s) comme méthode(s)


  • Résumé

    Déplacement est un paradigme qui permet de décrire les procédés que j’utilise pour m’organiser en tant qu’individu, artiste et chercheur. Mon processus se fait en mouvement constant que ce soit dans un contexte particulier ou entre différents contextes, aussi en perpétuel mouvements. Bouger et être bougé, déplacer et être déplacé sont des procédés qui impliquent une lecture ininterrompue des contextes, la création de situations appropriées, et/ ou une utilisation réfléchie de situations existantes. Cela appelle des attitudes de présence, de distanciation et de (re-)positionnement. Cinq méthodes et trois pratiques sont nées du temps consacré à cette recherche développée dans le cadre d’un doctorat. Celles-ci sont proposées, partagées afin d’inviter le lecteur à un jeu de perception(s) et de positionnement(s) en vue d’un déplacement. Ma thèse intitulée “Displacement(s) as Method(s)”, est une matrice constituée de plusieurs formats (lettre, catalogue, conversation) et médias (texte, film, etc.) dont l’objectif est d’analyser mes œuvres, méthodes, pratiques et outils. Il est possible d’y circuler à son gré, de suivre le processus de son choix et de consacrer un temps qui peut aller de quelques minutes à plusieurs heures. Le lecteur est invité à plonger dans un travail qui a ses propres réalités, temporalités et espaces. Chaque notion, chaque positionnement, chaque format et chaque proposition artistique sont des fragments d’une recherche développée et mise en pratique pendant quatre années. Les multiples éléments de cette recherche entraînent des divergences et des superpositions qui densifient ma proposition d’articulation.


  • Résumé

    Displacement is a paradigm I use to describe the ways in which I organize myself and invite others to reposition themselves while being in constant movement in and between contexts that are also in perpetual motion. Move and be moved, displace and be displaced are principles that (i) imply constant readings of contexts, the creation of appropriate situations, or/and informed uses of existing situations; and (ii) call for attitudes of presence, distanciation, and (re-)positioning. Five methods and three practices came out of the time dedicated to search and research within my PhD project. My thesis, titled “Displacement(s) as Method(s)”, is a matrix of several formats (such as letter, catalogue, conversation) and media (text, film, etc.), which I used to filter my works, methods, practices, and tools. Within this matrix, one can choose one’s own journey and process, and the time one wants to dedicate to and invest in it – from a few minutes to several hours. The reader is invited to dive into a work that has its own reality, temporality, and space. Each notion, positioning, format, and work is a fragment of the research I have processed over the last four years. These diverging and overlapping elements and components are numerous and multiple; they nourish and densify my proposition of an articulation.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (166 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH COG 1
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.