Les avatars de la présence militaire française en Afrique : de la tutelle postcoloniale aux missions internationales du maintien de la paix

par Farid Zafrane

Thèse de doctorat en Droit public

Sous la direction de Pierre-André Lecocq.


  • Résumé

    Les autorités politiques françaises après la décolonisation des années 60, ont voulu mettre en place un système de coopération, pensé par le général de Gaulle. En effet plus de cinq décennies après les indépendances octroyées par la France dans le cadre d’une coopération bilatérale multiforme, tant sur un plan politique, culturel, économique, financier et militaire, la France maintient toujours des relations étroites avec ses anciennes colonies. L’hypothèse généralement admise est celle d’une continuité de ces relations entre Paris et l’Afrique. On note en revanche depuis la fin de la guerre froide des signes de changements subtils mais réels dans plusieurs domaines. Beaucoup d’indices mettent en exergue la fin d’une époque et un changement de stratégie inévitable qui s’opère par une remise en cause totale de la politique traditionnelle de la France vis-à-vis de l’Afrique. Parmi ces changements, notons la réforme institutionnelle et politique de lacoopération, le désengagement économique et financier progressif de la France.La politique africaine française est donc entrée dans une période de transition où les signes de changements interfèrent avec la continuité. En fait, il ne s’agit pas d’une nouvelle politique africaine, mais seulement de l’adoption d’un certain nombre de mesures nouvelles engendrées par la géopolitique du monde actuel.Cette attitude répond à la volonté de la France de s’adapter à l’évolution du monde et en particulier du continent africain. La France passe donc d’une politique de présence à une stratégie de projection. Cette évolution implique une présence humaine moindre sur le terrain et la mise en place de relais aériens pour projeter les forces militaires à partir de bases situées en France. Paris s’est maintenu sur le continent africain après la décolonisation en mettant en place un dispositif juridique approprié.Cinquante ans après les décolonisations, il lui est encore reproché d’être à l’origine des problèmes qui gangrènent le continent africain avec l’envie de chercher dans l’histoire coloniale la cause des maux actuels rencontrés par l’Afrique. Le double langage des autorités françaises montre que la France a eu bien des raisons politiques ou militaires de s’engager en Afrique et à affirmer sa présence dans cette région du monde. Mais si par moments la politique suivie par l’ex-puissance coloniale est contestable et a connu des dérives certaines lors de ces dernières années notamment avec l’affaire rwandaise, l’Afrique sans conteste est demandeuse d’une certaine présence militaire française sur son territoire comme le montre aujourd’hui les différentes opérations au Mali ou en République Centrafricaine. Mais dans un cadre géopolitique rénové multilatéral, sous la bannière de l’O.N.U et avec l’Union Européenne pour assurer en Afrique la lutte contre le terrorisme et l’émergence d’un nouvel ordre humanitaire international.

  • Titre traduit

    The avatars of the french military presence in africa : the post-colonial tutelage to the international peacekeeping mission


  • Résumé

    The French political authorities after decolonization 60s, wanted to set up a system of cooperation, thought by General de Gaulle. Indeed more than five decades after independence granted by France as part of a multifaceted bilateral operation, both on a political, cultural, economic, financial and military. France still maintains close ties with its former colonies. Although the generally accepted hypothesis is that a continuity of the relationship between Paris and Africa. We note however since the end of the Cold War but subtle signs of real changes in several areas. Many indicators highlight the end of an era and a change of strategy inevitably occurs with a throw in total due to the traditional policy of France vis-à-vis Africa. These changes include the institutional and political reform cooperation, progressive economic and financial disengagement of France.The French African policy is entering a period of transition or signs of changes interfere with continuity. In fact, it is not a new Africa policy, but only the adoption of a number of new measures resulting from the geopolitical world today.This attitude reflects the determination of France to adapt to the changing world and particularly in Africa. France therefore goes from a political presence to a screening strategy. This change means less human presence on the ground and setting up air relays to project military forces from bases in France. Paris remained in Africa after decolonization by setting up an appropriate legal framework. Fifty years after decolonization, it is still accused of being behind the problems that plague the African continent with the desire to look inthe colonial history the cause of present evils faced by Africa. This double talk from the French authorities shows that France has had many political or military reasons to engage in Africa and its presence in this region. Because even if at times the policy of the former colonial power is questionable and has seen some excesses in recent years, particularly with the Rwandan case, Africa is unquestionably requesting a certain French military presence its territory as today shows the various operations in Mali and Central African Republic.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (378 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 283-293. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque de Droit-Gestion.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50 374-2015-18
  • Bibliothèque : Université de droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.