Variabilités de la taille de portée des ovins

par Samira Fathallah

Thèse de doctorat en Pathologie, Toxicologie, Génétique et Nutrition

Sous la direction de Loys Bodin et de Ingrid David.


  • Résumé

    Ce travail de recherche a été mené dans l’équipe MODGEN du département GenPhySE, 1388 UMR de l’INRA. Il avait pour perspectives de modéliser les variabilités de la taille de portée des ovins pour une meilleure évaluation génétique et de proposer des modèles d’analyse adoptés à ce type de caractère.Les objectifs de l’étude étaient d'identifier, et d'analyser les facteurs environnementaux et génétiques des variabilités des tailles de portée des brebis et de proposer une méthode adaptée pour canaliser les caractères discrets qui prenne en compte conjointement des objectifs sur la moyenne et sur la variabilité du caractère. La thèse s’appuyait sur des données issues de la chaîne nationale de contrôle de performances en relation avec des organismes de sélection ovin qui sont particulièrement intéressés par les résultats de ces recherches (CORAM). Choix des races. Nous avons considéré trois races dont les fréquences de la taille de portée sont plus ou moins élevées. La race Romane connue par sa forte prolificité ainsi des effectifs contrôlés importants a permis des analyses précises. Les deux autres races choisies sont la race Suffolk et la race Rouge de l’Ouest qui ont servi à tester les modèles sur des populations comportant de moins en moins de portées multiples. La taille de portée des ovins considérée comme une variable continue. Au cours de l’étude, nous avons identifié et hiérarchisé les facteurs de variation environnementaux du niveau de prolificité et de de sa variance pour trois races ovines (Suffolk, Rouge de l’Ouest et Romane). Si les facteurs de variation environnementaux du niveau de prolificité étaient déjà bien connus, peu de données concernaient les facteurs de variation environnementaux de la variance. Nous avons également estimé les paramètres génétiques du niveau de prolificité et de sa variance, ils sont cohérents entre eux. Les héritabilités estimées sur la moyenne sont faibles, en cohérences entre les trois races et avec des études antérieures. La non homogénéité des corrélations estimées par le modèle à deux étapes peut s’expliquer par la relation structurelle entre la moyenne et la variance sur l’échelle observée qui n'est pas prise en compte dans ce type d'analyse. A l'échelle d'une race, cette relation dépend de l’écart spécifique entre les seuils; elle est différente de la relation moyenne – variance observée pour l’ensemble des races et qui est calculée sur des données brutes. La taille de portée des ovins considérée comme une variable discrète Nous avons montré l’existence d’une variabilité d’origine génétique dans les trois races étudiées et nous avons montré que le modèle à seuils homothétique [HTM] s’ajustait mieux aux données et qu'il permettait de calculer conjointement l’effet génétique sur la moyenne et sur la variance. Nous avons aussi montré les limites de ce modèle et nous avons proposé une solution afin de donner un cadre plus général à son utilisation et l’utiliser dans les évaluations génétiques. Nous avons également identifié un critère de sélection pertinent qui permet de sélectionner les individus de même moyenne ayant des variances différentes. Nous avons proposé le modèle à seuils indépendants [ITM] ou le modèle multi caractères avec contrainte, ce modèle considère que chaque réalisation est un caractère. Nous avons montré la faisabilité de ce modèle sur les trois races. Ceci nous a permis de mettre en évidence les problèmes liés à la convergence du programme utilisé, et nous avons proposé d’implémenter ce modèle en modifiant le programme TM.

  • Titre traduit

    Study the variabilities the litter size in sheep


  • Résumé

    This research work was conducted in the MODGEN team of GenPhySE department, 1388 UMR of INRA. The aim of the study was to model the range size variability of sheep for a better genetic evaluation and to propose models of analysis adopted for this type of character. The objectives of the study were to identify, and analyze the environmental and genetic factors of ewe range size variability and to propose a suitable method for channeling discrete traits that takes into account both mean and character variability objectives. The thesis was based on data from the national chain of performance control in relation to sheep breeding organizations that are particularly interested in the results of this research (CORAM). Choice of breeds We have considered three breeds whose litter size frequencies are higher or lower. The Romance breed known for its high prolificity and important controlled numbers allowed precise analyzes. The other two breeds selected are the Suffolk breed and the Western Red breed, which were used to test the models on populations with fewer and fewer litters. Sheep litter size considered a continuous variable During the study, we identified and prioritized the environmental variation factors of the level of prolificacy and its variance for three sheep breeds (Suffolk, Western Red, and Romane). ). While the environmental variation factors of the level of prolificacy were already well known, there was little data on the environmental variance factors of the variance. We have also estimated the genetic parameters of the level of prolificacy and its variance, they are coherent with each other. Heritabilities estimated on the mean are low, consistent between the three races and with previous studies. The non-homogeneity of the correlations estimated by the two-stage model can be explained by the structural relationship between the mean and the variance on the observed scale that is not taken into account in this type of analysis. At the scale of a race, this relation depends on the specific difference between the thresholds; it is different from the mean - variance relationship observed for all breeds and calculated on raw data. Sheep litter size considered a discrete variable We have shown the existence of genetic variability in the three races studied and we have shown that the homothetic threshold model [HTM] fits better with the data and that it allowed to calculate jointly the genetic effect on the mean and on the variance. We have also shown the limitations of this model and have proposed a solution to provide a more general framework for its use and use it in genetic evaluations. We have also identified a relevant selection criterion that makes it possible to select individuals of the same average with different variances. We proposed the model with independent thresholds [ITM] or the multi-character model with constraint, this model considers that each realization is a character. We have shown the feasibility of this model on the three races. This enabled us to highlight the problems related to the convergence of the program used, and we proposed to implement this model by modifying the TM program.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.