To mobilise and demobilise : the puzzling decline of voter turnout in post-communist democracies

par Filip Kostelka

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Nonna Mayer.

Le président du jury était Jean-Yves Dormagen.

Le jury était composé de Nonna Mayer, André Blais, Milada Anna Vachudova, Mark N. Franklin, Hans-Dieter Klingemann.

Les rapporteurs étaient André Blais, Milada Anna Vachudova.

  • Titre traduit

    Mobiliser et démobiliser : le déclin énigmatique de la participation électorale dans les démocraties postcommunistes


  • Résumé

    Cette thèse porte sur le déclin de la participation électorale dans les dix démocraties post­communistes qui ont intégré l’Union européenne en 2004 et 2007. Ces pays ont connu la plus forte baisse de participation électorale observée en régimes démocratiques depuis la Deuxième Guerre mondiale. Afin de comprendre ce phénomène, la thèse adopte une approche qui est à la fois systématique, théorisée, quantitative et comparative. Elle est structurée autour d’un nouveau schéma directeur conceptuel pour l’étude de la participation électorale au niveau agrégé. Ce cadre théorique distingue quatre types de facteurs qui affectent la participation en fonction de la nature et la temporalité de leurs effets. Le rôle de chaque type dans le déclin post­communiste est théorisé et considéré l’un après l’autre. Les sections empiriques emploient des méthodes quantitatives et une comparaison à l’intérieur des dix pays mais également avec d’autres démocraties établies ou nouvelles. Elles analysent plusieurs bases de données originales, dont la principale contient pratiquement toutes les élections législatives intervenues dans le monde démocratique entre 1939 et 2010. Les résultats remettent en cause l’idée selon laquelle le déclin participatif est principalement dû à un désenchantement démocratique. Ils montrent qu’au moins six autres facteurs causaux y contribuent. Ils tiennent aux contextes de démocratisation, aux changements institutionnels et aux évolutions dans la composition des électorats. La magnitude exceptionnelle du phénomène étudié est, ainsi, le produit d’une multiplicité des causes.


  • Résumé

    This dissertation studies the puzzling decline of voter turnout in ten post­communist democracies that joined the European Union in 2004 and 2007. These countries experienced the most spectacular erosion of electoral participation in democratic regimes since World War Two. To solve this puzzle, my dissertation follows a systematic, theory­based, quantitative and comparative approach. It is structured by a newly­conceived master conceptual scheme for the study of aggregated voter turnout. This theoretical framework distinguishes between four types of turnout drivers based on the nature and temporality of their effects. The role of each type in the post­communist decline is theorised and considered in turn. The empirical sections employ several types of quantitative methods and intra­ but also inter­regional comparisons with established and other new democracies. They draw on several original datasets, the most important of which comprises the quasi­totality of democratic legislative elections held around the globe between 1939 and 2010. The results question the conventional wisdom that the post­communist turnout decline is mostly due to citizens’ dissatisfaction. Instead, they show that it is driven by no less than six other causes that relate to democratisation, institutional change and shifts in the composition of the electorate. It is the multiplicity of causal factors that explains the unparalleled startling magnitude by which voting rates decreased in the ten countries at hand. Besides solving the central puzzle, this dissertation yields a number of new middle­range theories and insights that pertain to electoral participation in both new and established democracies.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.