Cadres intermédiaires et frontières dans l'organisation : enjeux de collaboration, d'expérience du travail, et de réalités organisationnelles

par Ricardo Azambuja

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Annick Ancelin.

Soutenue le 28-07-2015

à Cergy-Pontoise, Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales , dans le cadre de École doctorale Economie, management et mathématiques de Cergy (Cergy-Pontoise, Val d'Oise) .


  • Résumé

    Cette thèse examine le travail des cadres intermédiaires, leur expérience subjective du travail et leur construction de réalité(s) organisationnelle(s). Le matériau empirique provient d’un travail de terrain ethnographique réalisé sur plusieurs sites au sein d’une entreprise Brésilienne d’audit et de consulting de taille moyenne. Le cœur de cette thèse est constitué de trois articles indépendants. Le premier de ces articles conceptualise l’émergence et la nature du travail-frontière des cadres intermédiaires comme un moyen de favoriser le travail collaboratif entre des acteurs organisationnels multiples, aux perspectives et intérêts souvent divergents. Le travail-frontière est à la fois un transfert de connaissances, une traduction d’interprétations et une transformation d’intérêts au départ incompatibles entre différents groupes organisationnels. Un cadre conceptuel – composé de huit conditions structurelles, sept types de travail-frontière des cadres intermédiaires et neuf conséquences structurelles – est proposé et mobilisé, illustrant par ses implications pratiques et théoriques la compréhension de l’effort de stimulation de la collaboration trans-fonctionnelle réalisé par le cadre intermédiaire. Le deuxième article de cette thèse étudie l’expérience subjective des cadres intermédiaires lorsqu’ils ont à réaliser un tel travail-frontière d’adaptation mutuelle de différents groupes organisationnels. Nous réalisons cette étude en nous appuyant sur le concept de « sujet-frontière » proposé par Huzzard et al. (2010), lequel intègre les responsabilités professionnelles des cadres intermédiaires, et nous montrons les répercussions ambivalentes de la situation d’entre-deux du travail des cadres intermédiaires dans leur expérience subjective du travail. Le troisième article se penche sur la plus importante des branches de l’entreprise observée afin d’étudier comment les travailleurs intermédiaires de cette branches se détournent des directives du siège. Nous avons recours au concept Baudrillardien (1983) de simulacre afin de mettre en évidence trois pratiques de simulation mises en œuvre dans cette branche, chacune d’entre elles appartenant à un ordre dont le degré de prise de distance est toujours plus élevé relativement aux pratiques du siège auxquelles elles se réfèrent. Cet article met en lumière les rôles et les buts des cadres intermédiaires dans la création et le maintien de pratiques simulées, et avance que le management simultané de « réalités » alternatives peut fournir aux cadres intermédiaires un moyen d’augmenter leur champ d’influence, à la fois symboliquement et matériellement.


  • Résumé

    This dissertation investigates middle-managers’ work, experience of work, and construction of organizational reality. It draws its empirical material upon a seven month multi-site ethnographic fieldwork within a medium-sized Brazilian auditing and consulting firm. The core of this dissertation is constituted of three independent papers. The first of these papers sets out a conceptualization of the emergence and nature of middle-managers’ boundary work as a means of fostering collaborative work among distinct, and often divergent, organizational actors. Boundary work consists of the transference of knowledge, the translation of understandings, and the transformation of interests that are mismatched across organizational groups. A conceptual framework composed of eight structural conditions, seven types of middle-managerial boundary work and nine structural consequences is advanced and mobilized, illustrating its theoretical and practical implications for understanding middle-managers’ work of fostering cross-functional collaboration. The second paper of this dissertation studies the subjective experience of middle-managers while performing such a boundary work of interfacing different organizational groups. This is done by building upon the concept of ‘boundary subjects’ proposed by Huzzard et al. (2010), which encapsulates such work responsibilities, and by demonstrating the ambivalent repercussions of the in-betweenness of middle-managers’ work in their subjective experience of performing this work. The third paper focus on the most important of BAMA’s branches to study how the middle-managers from this branch deviate from headquarters directives. The Baudrillardian (1983) concept of the simulacrum is drawn upon to structure the demonstration of three distinct simulated practices engaged in at the branch, each pertaining to an order defined by an increasingly distance from the corresponding headquarters practices. This paper highlights middle-managers’ roles and purposes in creating and maintaining simulated practices, and posits that the simultaneous management of alternative ‘realities’ may provide a way for middle-managers to expand their power, in both symbolic and material terms.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales. Learning Center.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.