Rituels, divinités et société locale : une étude sur la tradition des maîtres rituels du Lingying-tang à l’ouest du Fujian

par Nengchang Wu

Thèse de doctorat en Études de l'Extrême-Orient

Sous la direction de John Lagerwey.

Le président du jury était Vincent Goossaert.

Le jury était composé de John Lagerwey, Vincent Goossaert, Alain Arrault, Brigitte Baptandier Berthier.

Les rapporteurs étaient Alain Arrault, Brigitte Baptandier Berthier.


  • Résumé

    Prenant principalement appui sur des matériaux de terrain et des documents historiques, la présente étude examine la tradition des maîtres rituels taoïstes. Celle-ci a été une des traditions religieuses les plus vivantes en Chine méridionale, depuis la dynastie des Song (960-1279). Il s’agit d’une tradition d’exorcisme qui a emprunté beaucoup d’éléments au tantrisme. Elle s’est bien intégrée au taoïsme tout en révélant des relations subtiles entre le taoïsme et la religion populaire. D’un point de vue ethnographique, les maîtres rituels constituent un groupe important de spécialistes de rituels à l’ouest du Fujian, au sud-est de la Chine. D’un point de vue historique, chez les maîtres rituels contemporains se trouvent des éléments qui remontent à l’antiquité. Ainsi, la céation et la maîtrise de soldats du monde invisible pour conjurer les êtres malfaisants en faveur du peuple constituent un trait caractéristique. La tradition des maîtres rituels a joué un rôle important non seulement dans la vie quotidienne du peuple, mais aussi dans les processus socio-culturels régionaux. Le présent travail étudie notamment un mythe de « batailles de méthodes » entre des maîtres rituels et des mauvais esprits qui a trouvé sa place dans un contexte de conflits ethniques à l’ouest du Fujian. Il examine aussi un culte des maîtres rituels qui a donné l’occasion aux différents groupes sociaux d’exprimer leurs compréhensions de leur légitimité, ainsi que des rituels d’ordination et des rituels servant à cacher les âmes humaines des mauvais esprits, rites de vie qui contribuent aussi à la construction de la communauté.

  • Titre traduit

    Rituals, gods and local society : a study of the tradition of the ritual masters of Lingying-tang in western Fujian


  • Résumé

    Relying mainly on field materials and historical documents, this study examines the tradition of Daoist ritual masters; one of the liveliest religious traditions in South China since the Song Dynasty (960-1279). It is a tradition of exorcism which borrowed many elements from Tantrism; but it is also well integrated into Daoism while revealing subtle relations between Daoism and popular religion. From an ethnographic perspective, ritual masters are an important group of ritual specialists in western Fujian in Southeast China. From a historical point of view, among contemporary ritual masters, we can find many elements that date back to antiquity. Thus the making and mastery of soldiers of the invisible world for exorcising evil beings to save the people is a characteristic feature. The tradition of ritual masters has played an important role not only in the daily life of the people, but also in regional socio-cultural processes. In this regard, the present work studies a myth of “magic warfare” between ritual masters and evil spirits that has found its place in a context of ethnic conflict in western Fujian. It also examines a cult of ritual masters which gave the opportunity for different groups to express their understandings regarding legitimacy, as well as ordination rituals and rituals to hide human souls from evil spirits, that is, life rites which contribute also to the construction of community life.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 06-07-2018


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.